Croissance économique en RDC: Patrick Onoya monte aux créneaux et interpelle le Gouvernement de promouvoir la production locale pour sauver notre économique

C’est lors d’une conférence initiée par le doyen de la faculté des sciences économiques et de gestion de l’Université de Kinshasa dénommée » le vendredi de la recherche », que le stratège et lobbyiste en investissement Patrick Onoya a dévoilé comment la RDC importe des biens de consommation équivalent à 2 milliards de dollars par mois, soit 24 milliards de dollars par an.

Devant l’auditorium plein des étudiants et plusieurs invités , ce chercheur de haute facture en économie, laisse entendre que pour relancer l’économie de la République Démocratique du Congo, le gouvernement doit s’attaquer aux questions structurelles, car les mesures conjoncturelles ne suffisent pas, a-t-il expliqué dans le postulant de son exposé.

S’agissant de son intervention, le stratège Onoya a défendu son modèle économique circonscrit en 3 (trois) leviers, considéré par lui comme salvateur et pivot de l’économie congolaise, fruit de ses recherches personnelles, à l’instar de l’investissement par substitution aux importations.

En effet, pour l’augmentation de revenu national au Congo, selon l’approche des injonctions, Patrick Onoya propose au gouvernement la financialisation de l’économie, la promotion du production locale et le protectionnisme économique.

Concernant la promotion de la production locale, le professeur et stratège en investissement Patrick Onoya, exhorte l’Etat Congolaise de faire asseoir sa philosophie de croissance économique dans la propulsion du secteur privé, ainsi pour aussi créer le plus de millionnaires congolais possibles : ‘’ passer de l’étape de faire à celle de faire faire’’. Le troisième levier et le dernier est ‘’le protectionnisme économique’’, qu’il explique par l’implication aussi importante de l’Etat, qui doit faciliter le secteur privé local avec quelques mesures d’exonérations douanières, pour sauver des milliards de dollars que le pays perd chaque année rien que dans l’importation.

« Chaque année, la RDC importe pratiquement 90 % de ses biens de consommation qui représentent 2 milliards de dollars par mois, soit 24 milliards de dollars par an. C’est trop, et pour cela, il est important que les chercheurs dans le domaine de l’économie puissent se lever pour apporter des solutions à ce problème épineux. Et pour cela, nous nous sommes naturellement basés, dans notre présentation sur quelques fondamentaux de la macroéconomie notamment et les équations macroéconomiques pour déboucher vers les leviers que avons proposés », a précisé le stratège Patrick Onoya.

Pour sauver l’économie congolaise, le lobbyiste estime que son schéma est très important, sinon indispensable, tenant compte du stade actuel où se trouve la RDC. A l’en croire, la RDC peut arriver à doubler son PIB en seulement une année grâce au «modèle de Onoya».

« Cela est important, parce que tout cela se fait sur fond d’une stratégie d’industrialisation par substitution aux importations, et nous avons fait une simulation pour dire que si nous arrivons à baisser les importations de 25 %, cela pourra avoir un impact de doubler le produit intérieur brut de la RDC qui actuellement est à 55 milliards, pourra aller vers 100 milliards si on tient compte du multiplicateur de K Inès qui peut nous amener à le faire », a-t-il précisé.

Besoin impérieux des structures financières

Pratiquement, Patrick Onoya recommande au gouvernement congolais de créer des cadres de discussion pour ce type de question en vue d’accroître l’économie nationale, à l’exemple du Nigéria et de bien d’autres nations.

« Il existe déjà un comité de conjoncture économique, nous proposons qu’il puisse exister aussi un un comité de structure économique, parce que les questions auxquelles nous avons réfléchi sont des questions structurelles, et la RD. Congo a des problèmes structurelles, telles que le manque d’un bon développement des marchés financiers qui font que nous demandions trop haut au marché interbancaire qui fondamentalement existe pour résoudre les problèmes de liquidités des entreprises, mais la RDC a besoin des structures financières qui peuvent répondre aux besoins d’investissement sur l’outil de production », a-t-il achevé.

Le jeune Leader, Patrick ONOYA est une personnalité politique (cadre de l’UDPS), entrepreneur, Lobbyiste stratégique, enseignant et chercheur en FINTECH.

Michel

     

You May Also Like

MIBA : Le DG André Kabanda Kana est plus pire que Paulin Lukusa. Il menace d’arrestation les journalistes qui exigent leurs frais

Sénégal : La pêche artisanale a un mode de vie et de survie en RDC, il serait gré de protéger les pêcheurs d’Afrique a insisté l’experte Patricia Maisha Ishingwa

Production et Commercialisation du diamant : CVgroupe apporte 45 millions de dollars à la MIBA grâce à la diplomatie de Felix Tshisekedi

RDC: l’avion de l’opposant Moïse katumbi interdit d’atterrir sur le sol congolais

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *