Climat des affaires en RDC: Patrick Onoya déterminé à promouvoir l’industrialisation des investissements et présente quelques défis à relever

C’est lors de la sortie officielle de la 10 ème édition du magazine « Ici & Ailleurs » ce jeudi 29 septembre à l’hôtel du fleuve du Congo, que le professeur et stratège en investissement, Patrick Onoya, a présenté quelques défis majeurs qu’il faut relever pour attirer les investisseurs en République Démocratie du Congo.

Prenant parole devant les entrepreneurs et investisseurs, le stratège Patrick Onoya, a intervenu sur les climats des affaires, défis et opportunités d’investir en République Démocratie du Congo, tout en présentant ces trois défis majeurs qu’il faut relever, pour espérer construire un congo prospère, le bien être de la nation et promouvoir la jeunesse congolaise.

Pour le coordonnateur national de l’association sans but lucratif Action Fatshi 2023, cette structure qui accompagne les actions du Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi,le professeur a présenté ces trois défis majeurs qu’il faut relever afin de permettre aux investisseurs d’investir en République Démocratie du Congo.

Voici quelques défis :

1-le défi informationnel.

2-le défi du secteur bancaire congolais et

3-le défi des investisseurs locaux.

Concernant du défi informationnel, le coordonnateur national de cette structure a affirmé qu’aussi longtemps que les investisseurs étrangers n’auront pas de bonnes informations sur la RDC en quantité et en qualité nécessaires sur le projet identifié, la République ne peut s’attendre à l’arrivée des investisseurs.

S’agissant au défi du secteur bancaire congolais, Patrick Onoya prouve qu’aussi longtemps que la RDC n’aura pas de secteur bancaire dynamique, elle ne peut pas, espérer à avoir des investissements massifs.

Pour le coordonnateur national de cette association qui incarne la vision du chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi, « le peuple d’abord » qui avec son expertise voit le mal de loin en déclarant ce qui suit :
« Si nous améliorons pas le secteur bancaire congolais avec les instruments bancaires adéquats et bien c’est difficile. On a des banques avec une capitalisation de moins de 50 millions de dollars. Et avec cette allure, c’est compliqué ».

Le troisième et le dernier défi à relever selon ce stratège congolais en investissement, c’est le défi des investisseurs locaux. Il suggère cependant que, la classe des investisseurs locaux doit être diligemment appuyée et soutenue par les autorités du pays. Question pour lui, de faire avancer les choses significativement en terme de croissance économique à moyen terme comme le désire bien entendu le chef de l’État congolais.

Notons que, le professeur et stratège congolais, Patrick Onoya a martelé, qu’iI est important de pouvoir aller dans la bonne direction pour que les investissements tant attendus puissent se réaliser en République Démocratique du Congo.

Michel Onengombe

You May Also Like

RDC: l’avion de l’opposant Moïse katumbi interdit d’atterrir sur le sol congolais

CNSSAP : voici les 8 paramètres de sa gouvernance et de son système de contrôle qui mettent en branle une transparence et une rigueur sans pareilles dans la gestion de cet établissement public ( Communiqué)

Kasaï-central : l’expert comptable Alidor Kapuku vante son bilan de l’exercice 2022-2023

Kasaï-Oriental : En visite à la SACIM, Julie Kalenga condamne le braquage de près de 3500 carats de diamants

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *