Candidat Gouverneur de la Ville de Kinshasa : Isidore KWANDJA NGEMBO, un profil robot fédéré pour une capitale respectée

UNE LETTRE AUX KINOISES ET KINOIS DE LA PART D’UN CANDIDAT GOUVERNEUR DE LA VILLE DE KINSHASA

Très chers compatriotes,

Le 24 décembre 2022, lorsque le Président de la République, Chef de l’État, Son Excellence Monsieur Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo et la Très Distinguée Première Dame, Maman Denise Nyakeru Tshisekedi, adressent leurs voeux de Noël et de nouvelle année 2023 au peuple congolais, ils avaient annoncé les trois événements majeurs de l’année 2023 :

Il s’agissait de :

  1. La visite du Pape François en RDC.
  2. L’organisation des neuvièmes Jeux de la Francophonie à Kinshasa.
  3. La tenue des élections présidentielles, législatives, provinciales et municipales.

Contre vents et marées, nous avons travaillé fort sous le leadership direct du Chef de l’État pour matérialiser sa volonté.
Du 28 juillet au 6 août 2023, la population kinoise a accueilli avec ferveur les jeunes francophones venus de cinq continents pour participer aux compétitions sportives et aux concours culturels. Et comme le Président de la République l’a redit lui-même récemment lors de son dernier point de presse : « Nous avons relevé le défi de la Francophonie. Beaucoup nous donnaient perdants pour ce pari. Nous l’avons bruyamment remporté. »

Pendant dix jours, la ville de Kinshasa était en pleine ébullition. Aussi bien les adultes que les jeunes avaient un seul rendez-vous : se rendre régulièrement soit aux stades des Martyrs ou Tata Raphaël, au Palais du Peuple, au Musée national, à l’échangeur de Limite, à l’Académie des beaux-arts, au Centre Wallonie-Bruxelles ou encore à l’Institut français, pour aller voir les différentes activités sportives et culturelles qui s’y déroulaient.

Notre ville de Kinshasa était devenue le centre du monde sportif et culturel pendant les dix jours. Les caméras du monde entier et spécialement du monde sportif et culturel étaient braquées sur notre pays et plus particulièrement sur notre ville. A la cérémonie d’ouverture tout comme celle de clôture, vous avez répondu massivement à l’appel du Chef de l’Etat et de son gouvernement pour montrer au monde entier que la RDC n’est pas seulement grande, en termes de superficie et de population, en termes de faune et de flore, en termes des eaux et des forêts ou même en termes des minerais stratégiques, mais elle peut aussi faire des grandes choses qui peuvent émerveiller le monde, et c’est ce que nous avons fait.

La cérémonie d’ouverture des neuvièmes Jeux de la Francophonie a été élue meilleur événement culturel et musical international de l’année 2023 aux Best Event Awards. En plus d’avoir été salué chaleureusement par les pays membres de la Francophonie pour la bonne organisation des Jeux de la Francophonie à Kinshasa, c’était également le tour d’une organisation internationale indépendante à Rome en Italie qui a décerné quatre prestigieux prix à cet événement sportif et culturel international qui a été organisé dans notre pays.

Nous avons vendu notre ville au monde à l’état où elle était. Nous aurions voulu faire visiter à nos invités des beaux endroits et des belles places de Kinshasa, leur donner envie de revenir une autre fois comme touristes ou comme investisseurs à la recherche d’opportunités d’affaires, mais hélas…

Parfois nous étions gênés quand certains athlètes nous demandaient si nous étions bel et bien au centre-ville. Après les Jeux, nous nous sommes questionnés plusieurs fois : qu’est-ce que nous pouvions bien faire pour redorer l’image de marque de notre ville? Nous avons ainsi poursuivi la réflexion jusqu’au 20 décembre 2023, jour de l’élection.

Ce jour-là, nous avons vu un engouement terrible de la population qui s’était mobilisée pour aller voter massivement. En effet, les Congolais ont bien compris que le vote est un devoir civique important et un exercice démocratique fondamental qui permet aux citoyens de s’exprimer et de choisir librement leurs représentants.

Les Congolais dans leur ensemble et les Kinois en particulier, vous avez choisi librement vos représentants à l’Assemblée provinciale pour qu’ils parlent à votre nom et légifèrent pour améliorer votre condition de vie. C’est maintenant au tour de vos représentants à l’Assemblée provinciale de choisir pour vous et à votre nom les nouveaux dirigeants qui devront vous servir durant les cinq prochaines années. Une ville qui, comme vous le savez, a beaucoup de défis à relever. Kinshasa, autrefois Kin la belle, traverse aujourd’hui une période charnière dans son existence. La ville-province fait face à de nombreux problèmes qui nécessitent des réponses concrètes à court, moyen et long terme.

Notre ville-province est une des provinces de la RDC qui dispose d’importantes ressources humaines, financières et techniques, en mesure de répondre aux besoins et préoccupations de sa population. Au nombre desquels figurent notamment la nécessité d’assurer la sécurité des citoyens et de leurs biens, de réguler le flux de la circulation urbaine qui devient de plus en plus un casse-tête pour conduire un véhicule à Kinshasa et l’épineux défi de la protection de l’environnement et de la salubrité publique qui nécessitent une prise en charge urgente pour assurer la protection de la santé publique et le bien-être de la population.

Aujourd’hui quand les visiteurs arrivent dans notre ville de Kinshasa, ce qui est frappant, à première vue, c’est les tas d’immondices entassés dans tous les coins des rues et sur les grandes artères publiques, les odeurs nauséabondes, la laideur et l’insalubrité généralisée de la ville ; c’est la dégradation et le très mauvais état des chaussées du réseau routier urbain ; c’est le non-respect du code de la route et surtout le nombre impressionnant des motocyclistes qui par ailleurs conduisent très dangereusement. Tout ceci s’explique très simplement par le fait que l’autorité publique et l’administration de la ville présentent des failles et faiblesses notables, et cela a pour conséquence l’impuissance des forces de l’ordre à pouvoir sanctionner sévèrement les citoyens, les automobilistes et les motocyclistes récalcitrants.

Vous ne pouvez pas vous résigner ni même vous accommoder à vivre avec les saletés et les odeurs nauséabondes autour de vous, comme si c’était une fatalité. A plus de quinze millions d’habitants, vous méritez une situation différente de celle que vous vivez actuellement ; vous méritez de vivre dans un bel environnement sûr et salubre ; vous méritez d’avoir un réseau de transport commun efficace, sécuritaire et fiable ; vous méritez d’être fier d’avoir choisi de vivre dans la capitale nationale. Pour cela, vous devez veiller à ce que vos représentants que vous avez envoyés à l’Assemblée provinciale fassent un choix judicieux pour votre avenir et celui de vos enfants.

Autre chose, pendant sa campagne pour le second mandat, précisément à l’étape de Matadi, le Président de la République avait émis le vœu d’organiser la Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2029) et lors de son premier point de presse du second mandat avec les médias nationaux, il a réitéré sa volonté d’organiser la CAN 2029.

En effet, comme disait l’historien et écrivain malien Massa Makan Diabaté : « La parole d’un Chef, c’est comme l’eau versée, elle ne se ramasse pas. » Cela veut dire que comme le Chef de l’Etat l’a répété à deux reprises, nous avons le devoir de faire le nécessaire pour matérialiser sa volonté. Ainsi, au cours des cinq prochaines années, nous pourrons changer le visage de Kinshasa, revitaliser le centre-ville et lui revêtir la plus belle robe, et cela, grâce aux travaux urbanistiques gigantesques que nous devrions entreprendre, notamment la construction d’un métro léger et la réhabilitation des voies ferrées de transport urbain de masse qui vont non seulement fluidifier la circulation, diminuer la consommation de carburant et les émissions de CO2, mais aussi et surtout changer le visage de la ville de manière fascinante pour accueillir cette prestigieuse compétition continentale.

Ceci dit, la ville de Kinshasa a donc besoin, maintenant, d’un Gouverneur bâtisseur, qui a déjà démontré un grand sens aigu du devoir et du service public, pleinement disposé à œuvrer pour changer de fond en comble la ville et la rendre plus belle et propre.

Je pense que je suis cet oiseau rare qui est recherché pour relever les défis énormes de la ville-province de Kinshasa. Je suis un homme audacieux et rigoureux qui sait s’affirmer. Un partisan de la gestion qui favorise des solutions pragmatiques et qui ne cède pas aux pressions d’où qu’elles viennent. Je suis un adepte de la gestion axée sur les résultats, qui privilégie l’efficacité, l’efficience et l’économie dans son action. J’ai fait mes preuves en organisant avec succès les neuvièmes Jeux de la Francophonie dont personne ne croyait plus possible en RDC.

Je sollicite maintenant votre soutien au travers de vos représentants à l’Assemblée provinciale de la ville de Kinshasa, afin qu’ils puissent porter leur choix sur ma modeste personne. Si vous pensez que je suis celui qui peut bien relever ce défi, parlez-en à votre Député provincial au téléphone, par courriel ou en personne de ma candidature, vous aurez fait œuvre utile.

Je vous remercie très sincèrement pour votre appui et vous promets que je vais travailler d’arrache-pied et ferai tout ce qui sera en mon pouvoir pour mériter votre confiance.

You May Also Like

Kasaï-oriental : Pour une cause non connue, un homme se donne la mort par pendaison à Mbuji-mayi

Kinshasha: « Nous saluons l’amélioration du climats des affaires grâce à la volonté du Président Félix Tshisekedi »

Kinshasa-Justice Militaire : Un réseau des spoliateurs des biens immobiliers et fonciers démantelé (scandale)

RDC : l’épée de Damoclès sur la tête de Joseph Kabila et ses alliés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *