MIBA : Guéguerres et Conflits de leadership entre l’infirmier André Kabanda DG et l’infirmière Cécile Edungu (qui dit vrai !)

Depuis leur nomination par le président de la République, les relations entre le Directeur Général et le Président du Conseil d’Administration de la MIBA sont au beau fixe indique une source proche de la Direction Générale basée à Mbuji-Mayi.

Seulement une tâche d’huile est devenue virale dans les installations de la MIBA lorsqu’une deuxième ordonnance présidentielle tombe et frappe durement l’Ancien DGA Hubert Kazadi Mabika et réhabilite sans tamtam la SIBÉKA partenaire minoritaire, représentée par madame Cécile Edungu en qualité de DGA de l’entreprise.

Malheureusement, la joie pour Madame Cécile Edungu n’a duré que quelques heures, car elle était obligée de plier bagage suite à une grave révélation d’un journal Belge, le MONITEUR. À l’instant meme, sur demande du Conseil d’Administration, le président du Conseil d’Administration de la MIBA Jean Charles Okoto Lolakombe a saisi le tribunal de commerce de la Gombe pour uniquement obtenir « l’exequatur » du jugement rendu par l’entreprise francophone de Bruxelles portant dissolution judiciaire de la société SIBÉKA, information certifiée et publiée le 2 janvier 2024 par le journal « moniteur Belge ».

Entre-temps, Docteur André Kabanda Nkana signe une note qui fut affichée, dans les minutes, au valve, dans la quelle, Il instruit au service de garde d’empêcher l’accès de cette infirmière dans son bureau de travail. Très en colère et d’une manière brutale, l’administrateur honoraire Cecile Edungu s’est attaquée aux dirigeants de la MIBA, dans une station de radio locale et, elle a porté plainte contre les gestionnaires de cette entreprise minière.

Une situation qui n’a pas laissé indifférent Docteur André Kabanda Nkana qui s’est precipité pour tenir un point de presse à partir de Mbuyi-Mayi ou il se trouve.

« Le nuage devenait de plus en plus rouge entre l’infirmier et l’infirmière, non pas dans un hôpital ou clinique, mais dans une entreprise publique ».

Dès lors, le combat d’esprit et de leadership entre le Médecin Docteur André Kabanda Nkana et l’infirmière Cécile Edungu débute dans les réseaux sociaux et les médias traditionnels.

Par ailleurs, au cours de son point presse devant les chevaliers de la plume et du micro de la ville de Mbuji-Mayi, le médecin Docteur Kabanda Nkana a fait savoir que le journal Belge, le Moniteur a annoncé la dissolution judiciaire de la SIBÉKA. À ce stade, la participation d’un actionnaire minoritaire au conseil d’administration s’avère unitiles et sans objet. Voilà pourquoi, l’Assemblée Generale a jugé inopportune la présence de l’Administrateur honoraire Cécile Edungu, au sein du conseil d’Administration aussi longtemps que la SIBÉKA et une autre entreprise imaginaire n’existent pas.

Dans sa mise au point, le médecin André Kabanda Nkana révèle que la dissolution judiciaire de l’actionnaire minoritaire SIBÉKA n’est pas l’œuvre des responsables de la MIBA SA et encore moins de l’actionnaire majoritaire État congolais. Sur ce, le Docteur Kabanda a invité l’infirmière A1 Cécile Edungu à se conformer à la décision de la justice Belge, que de rester dans les prejugés.

Virée malignement par la Belgique, l’infirmière en colère, s’est presentée peu à près à la MIBAKIN pour accéder dans son bureau de travail, malheureusement, elle a été stoppée nette par la garde qui l’a signifié son interdiction dans les installations. Selon nos sources, Edungu Cécile avec sang chaud Tetela, a quitté sa jeep pour ouvrir seule la grande barrière. Elle a promis de partir de la MIBA, pas seule, mais avec le Directeur Général qu’elle qualifie de simple médecin sans bistouri ni hôpital qui se camoufle en Ingénieur technicien sans aucune expérience dans le secteur. Eureur de coaching a-t-elle dit avant de quitter les installations.

S’agissant, du contrat de prêt et de commercialisation entre la MIBA SA et la société centre ville group Inc, l’un des administrateur interrogé sur cette question révèle que la signature de ce contrat, est intervenue sur initiative personnelle de la Direction Générale, qui avait déjà signée depuis janvier 2023, à partir de Bruxelles, ce texte et cela, sans l’aval du conseil d’Administration. Pour formaliser ce contrat, le Président du Conseil d’administration de la MIBA, Jean Charles Okoto Lolakombe avait convoqué le conseil d’administration en bonne et due forme pour examiner, adopter et donner l’avis favorable. Curieusement, l’infirmière A1 Cécile Edungu actionnaire minoritaire de la SIBECA avait refusée de signer ce contrat, pour des raisons personnelles.

Qu’en est-t-il, de SACIM et la MIBA ?

Joint au tele, un haut cadre de la direction de la MIBA base à Mbuji-Mayi fait remarquer que l’actuel comité de gestion sous Kabanda, et même le conseil d’administration sous Okoto personne n’a été partie prenante ni associé dans les négociations. Pendant, la signature de ce contrat, Docteur André Kabanda etait Ministre et Jean Charles Okoto était Ambassadeur de la RDC en chine. La question de SACIM soulevée par des détracteurs manipulés par l’infirmière, est sans objet.

À encore, les observateurs, la guéguerre à la MIBA est un conflit de leadership entre l’infirmier André Kabanda Kana et l’infirmière Cécile Edungu.

Entre-temps, les travailleurs de la société minière de Bakwanga MIBA SA tournent les yeux vers le ministère du portefeuille ou se tient les travaux de la commission Ad hoc.

You May Also Like

Kasaï-central : Alain Lukusa Mpoyi candidat Vice-Président de l’assemblée provinciale

Le Ministre Guy Loando Mboyo ébloui par son portrait en rubik’s cube réalisé par une jeune artiste kinoise.

RDC : La CE4 Zone Afrique dote le Parlement Francophone pour Adolescents d’un plan d’action à mi-parcours

Ituri : Recrudescence des cas de justice populaire signalée à Mahagi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *