Teddy Lwamba ou le profil idéal pour le redressement de la Snel !

Docteur en Génie électrique et ingénieur électromécanicien de formation, trainant derrière lui une expérience professionnelle de plus de douze ans dans le secteur de l’électricité à seulement 35 ans, Teddy Lwamba Muba, Directeur général adjoint de la Société Nationale d’Electricité (SNEL) a démontré de quoi il est capable pendant la très courte période d’intérim qu’il vient d’exercer à la tête de cette entreprise en l’absence du Directeur général qui venait d’écoper une suspension de près de trois mois. Nommé en octobre 2022, après avoir réussi avec brio au concours de recrutement organisé par le Copirep, sur recommandation de la Banque Mondiale, ce jeune mandataire, au parcours plus qu’ élogieux sur le plan de la formation a permis à la Snel d’encaisser plus de trente millions de dollars américains dans un laps de temps, mais également de résoudre certains problèmes majeurs auxquels l’entreprise était confrontée, liés notamment au fonctionnement de ses centrales.

Avant sa nomination comme DGA de la Snel pour servir son pays la République Démocratique du Congo, Teddy Lwamba a eu à offrir ses services et son expertise dans certains pays d’Afrique ainsi que dans plusieurs pays d’Europe et d’Asie. Au cours d’un long entretien qu’il a accordé à des hommes des médias, il a parlé de sa vision dans le cadre de la mission qui lui a été confiée. Sa carrière commence en 2011 en tant que Chef de service électricité et instrumentation à la SEK (Société d’exploitation de Kipoi), une usine métallurgique avec concentrateur de cuivre. Par la suite, Teddy Lwamba est nommé au poste de Coordonnateurde Projet de la Centrale Thermique de Luena en 2013, dans le cadre du projet Gécamines/CTL, en charge de la mise en œuvre des études de faisabilité d’une centrale thermique de 500 MW. On lui confiera quelques années plus tard, la direction du Projet ayant en charge la conception et l’exécution des grands travaux d’infrastructures électriques au Botswana, en Ouganda, en Inde, en Bulgarie, en Italie et à Chypre.

Monsieur Teddy Lwamba est également membre de l’IEEE (Institute of Electricaland Electronics Engineers), Zone Europe, et auteur de plusieurs ouvrages scientifiques. Ci-dessous, l’intégralité de son entretien réalisé pendant la période de son intérim comme Dg a.i de la Snel. Q : Bonjour monsieur Lwamba Muba, pouvez-vous vous présenter ? R) Je suis Teddy LWAMBA MUBA, docteur en Génie électrique, ingénieur électromécanicien à la base. J’ai pratiquement douze ans de carrière internationale dans le conseil ainsi que l’exécution des projets de l’électricité. En 2011, j’ai commencé ma carrière professionnelle à la Société d’Exploitation de Kipoi qui, à l’époque, était un concentrateur de cuivre, et qui était également doté d’une industrie métallurgique d’extraction par solvant quelques années plus tard. Après deux années passées là-bas, j’ai décidé de continuer ma maîtrise. À mon retour, j’ai été recruté comme coordonnateur du projet de la centrale de Luena, un projet Gécamines de construction d’une centrale thermique au charbon de 500 mégawatts dans le Haut-Lomami. Ce projet était finalisé mais malheureusement, il n’a pas abouti.J’ai décidé d’aller continuer ma carrière, ainsi, à l’issue d’un long processus, l’État congolais a choisi le groupe Bureau Veritas et son partenaire technologique SOGET pour créer SEGUCE RDC, opérateur privé dans le cadre d’un partenariat public-privé. Placée sous la tutelle du ministère du Commerce Extérieur et du Ministère des Finances, SEGUCE RDC est donc en charge de déployer et d’exploiter le Guichet Unique Intégral du Commerce Extérieur (GUICE), plateforme électronique neutre, transparente et sécurisée, accessible 24 h/24 et 7 j/7 via internet, à l’ensemble de la Communauté du Commerce Extérieur.

Il est important de souligner que l’usage du GUICE a été rendu obligatoire sur l’ensemble de la République par le décret N° 15/019 du 14 octobre 2015. Q : Comment votre marque impacte-t-elle positivement la communauté des affaires ?R) SEGUCE RDC impacte la communauté des affaires en répondant à 3 enjeux essentiels : La vitesse tout d’abord, puisque la plateforme informatique permet aux acteurs du commerce extérieur d’échanger les informations sans se déplacer, sous format dématérialisé et en temps réel. Le gain de temps est évident. En Europe, notamment à Chypre, j’ai travaillé plusieurs années dans un bureau d’études qui m’a amené à exécuter des travaux au Botswana, en Ouganda, en Inde plusieurs fois, et dans d’autres pays africains.

Ces expériences m’ont vraiment donné le goût et la passion du développement des projets ambitieux en termes d’infrastructures dans le secteur de l’électricité en Afrique.Je suis aujourd’hui membre de l’IEEE de la zone Europe de Chypre, j’ai une expertise dans la conception des réseaux intelligents ainsi que la valorisation énergétique. J’ai écrit plusieurs ouvrages scientifiques sur le « smart grid ainsi que la valorisation des déchets par la transformation en électricité. J’ai coordonné plusieurs fois des projets sur le plan international relatifs à la construction des sous-stations, postes et centrales électriques. Q : Quel est votre parcours ?R) A la SNEL, je suis arrivé par un concours organisé par le COPIREP sous recommandation de la Banque mondiale qui avait demandé au Gouvernement congolais de recruter des mandataires publics par concours pour avoir les bonnes compétences dans la gestion de quelques entrepris !:es du portefeuille de l’État.

C’est sur base de ce concours que j’ai été recruté comme Directeur Général Adjoint à la SNEL SA en octobre 2022. Le concours a été fait sur la présentation d’un plan d’action qui a été défendu. Presque quatre mois ont été nécessaires depuis la pose de la candidature, aux premières opérations de triage, jusqu’au test des interviews. A l’issue de ce test, j’ai été nommé par ordonnance présidentielle, Directeur Général Adjoint sà la SNEL. Q : Vous êtes DG a.i. de la SNEL depuis avril 2023, quelles sont les difficultés rencontrées ?R) La SNEL dans son objet social, qui est la production, le transport, la distribution ainsi que la commercialisation de l’énergie électrique a beaucoup de soucis, vous l’aurez noté.Mais la priorité avant d’arriver à la résolution des problèmes qui touchent notre cœur de notre métier, est de trouver des solutions aux problèmes structurels qui affectent l’entreprise en amont.

Ces problèmes structurels sont les suivants :Tout en louant les efforts consentis par le gouvernement congolais de réviser le tarif, le système du tarif administré est un épineux problème. N’ayant pas la possibilité de fixer elle-même son prix, la SNEL SA, ne peut maîtriser toute la Depuis plusieurs mois, nous participons à la campagne de vulgarisation de la réforme du commerce extérieur voulue par le gouvernement. Grâce à cette campagne, nous constatons que beaucoup d’opérateurs sont curieux et désireux d’effectuer leurs opérations via le GUICE. C’est pour aider tous ces opérateurs que SEGUCE a créé 16 implantations locales, dont une à Kolwezi, afin de former et/ou d’accompagner gratuitement tous les opérateurs qui doivent réaliser leurs opérations via le GUICE. Nous sommes ainsi présents dans les aéroports, les ports et de nombreux postes frontaliers. Structure, notamment certaines taxes non fiscales qui ne sont pas reprises. Quand la SNEL paie des taxes qui ne sont pas dans la structure des prix, elle subit ainsi une décapitalisation nette.

La pression fiscale des mobilisateurs, les avis à tiers détenteurs ATD freinent la bonne marche de l’entreprise par moment ; La lourdeur et le caractère non concurrentiel de la loi sur le marché public suite à la durée d’obtention des Avis de non-objections bloque l’acquisition des matériels de stock dans les délais requis ; La longueur du cycle commercial rend l’entreprise tributaire des lignes de crédits afin de couvrir les charges incompressibles ; La capacité de production inférieure à la demande. Ce sont environ 2800 MW de capacité installée pour 4500 MW de demande. On voit que la balance est totalement déficitaire ; Le secteur du transport avec 109 tronçons Haute-Tension existants dont 11 sont indisponibles, suite notamment au vol des conducteurs en cuivre dans le Réseau-Sud SNEL SA. La distribution soufre de l’insuffisance de sous-stations, des raccordements.

Dans chacune de nos implantations, nos équipes sont mobilisées pour accompagner toutes les parties prenantes et contribuer activement à la réussite de cette phase capitale de déploiement du GUICE. Q : Un dernier mot ? R) Juste pour vous dire qu’après 18 ans passés au sein du groupe Bureau Veritas en France, je suis particulièrement heureux de pouvoir contribuer à cette magnifique aventure de la réforme du commerce extérieur de la RDC

La Rédaction

You May Also Like

RDC : L’ONG FMMDI intègre la dimension genre dans l’ensemble de ses activités

Kasaï – EPST : victime d’une campagne de diabolisation par ses adversaires : l’inspool Jean Paul PITSHI met en garde tout Celui qui circule avec un faux document en son nom

Kasaï – EPST: L’ Inspool Jean Paul PITSHI est sujet d’une campagne de diabolisation par les gens de mauvais goût à Tshikapa

Kananga : les Enfants de la rue sèment terreur et désolation à Ndesha

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *