Kinshasa : la plateforme de jeune « Pona Masina et le Conseil communal de la Jeunesse », va-t’en-guerre contre les anti-valeurs

Tenue ce samedi 1 juillet à l’espace Apocalypse 22 de la commune Patriotique de Masina, la conférence-débat organisée par la plateforme de jeunes  » Pona Masina et le Conseil communal de la Jeunesse, un jour après 63 ème anniversaires de la République démocratique du Congo depuis son accession l’indépendance.

Ce deux rendez-vous au profit de la jeunesse de ladite municipalité de Kinshasa, a tourné essentiellement sur : « Masina d’hier et d’aujourd’hui », afin de stopper l’évolution des anti-valeurs notamment la délinquance juvénile, Kuluna chez la plupart de garçons et phénomène Ujana chez les fillettes, insalubrité, le défi sur l’entrepreneuriat et autres formes de faits et phénomènes sociaux, qui sévissent la commune Patriotique ».

A cette occasion la plateforme citoyenne » Pona Masina », appelle la jeunesse de cette commune à une prise de conscience afin de booster le développement de leur commune, selon le vœu du Président de la République Félix Tshisekedi.

En collaboration avec le Conseil communal de la Jeunesse et la municipalité via l’autorité de l’actuel bourgmestre, « Pona Masina » est à jamais déterminer pour la promotion de la nouvelle culture au sein de Masina.

Prenant la parole, comme l’un des orateurs du jour, le bourgmestre de Masina, Joseph Shiku Katumba, a appelé cette jeunesse de la  » Chine » surnomme- t-on autrement en raison de sa démographie( 2è dans la capitale) à la prise de conscience en matière d’engagement citoyenne en ces mots: stop au kuluna, fin à l’insalubrité et aux anti-valeurs.

Devant ses interlocuteurs, le numéro 1 de cette commune, s’interroge sur la stratégie qu’ils peuvent mettre ensemble pour revêtir Masina sa plus belle robe d’antan. Appelé commune  » Patriotique », Cette énième parmi les 24 que compte la capitale, a joué un rôle de choix dans la page d’histoire du Pays, aujourd’hui symbolisé par « Marché de la Liberté », un édifice a relaté aux générations futures sur haut fait des habitants de Masina en 1998 lors de d’invasion rwandaise au pays. Il invite à chacune et chacun de s’y mettre pour avancer ensemble leur commune afin gagner ce pari.

Comme prévu, Christiane Moleka a peint le problème sur l’aspect de la reproduction irresponsable du phénomène naissance non désireuse parmi les jeunes de Masina. Pour lui, la commune, a un taux élevé des filles mères en plus, elles ses quintuplent au jour le jour. D’abord elle parle de la famille comme premier cadre d’épanouissement et insertion d’un enfant:

« les familles ont aujourd’hui abandonné leurs responsabilités, les kulunas et les Ujanas, sont des produits de non prise en charge de parents, qu’ils les déversent au détriment de la population », a -t-elle déclaré.

Pour ce faire, le président du Conseil de jeunes de Masina, Jeru Matungulu Tshimbalanga, lors d’une l’interview accordée à presse, appelle à son tour la jeunesse de s’approprier du Conseil et de lutter contre la délinquance et les anti-valeurs lesquelles de manière particuliere leur commune fait face.

Parole répétée par Heno Kisenda, coordonateur de Pona Yo Masina et Emmanuel Makasa, cadre au sein ladite organisation.

En ce qui précède, les participants de ce rendez-vous de jeunes sur la prise de conscience, ont salué cette occasion mis en leur contribution, qui s’est présenté un masters class sur l’engagement citoyen au profit du redressement de Masina.

Barca Horly Fibilulu.

You May Also Like

Enfin, Nicolas Kazadi est de retour à Kinshasa

Kinshasa : le Ministre Jean-Pierre Tshimanga lance ce mercredi 24 juillet le projet des systèmes numériques

Ouverture d’un procès public contre Corneille Nangaa à la Cour Militaire: Patrick Katengo en vrai patriote, soutien l’initiative du ministre Constant Mutamba

XXXIIIèJ.O. de Paris 2024: la dernière la délégation congolaise est en l’air pour les festivités

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *