Kinshasa : la police accorde un moratoire de 48h aux chauffeurs des taxis “ketchs” pour enlever les vitres fumées

Aux grand mot les grands remède, dit-on, de cet effet, le chef de la Police de Kinshasa, lance une croisade de fer contre les malfaiteurs, opérant à bord de mini taxi- bus appelé localement Ketchs à Kinshasa. Pour ce faire, le chef PNC/ Kinshasa monte sur les grands chevaux afin d’éradiquer punitivement ces kidnappeurs de mauvais goût. Ces derniers propagent dans la ville, une épidémie, une psychose vraiment frénétique qui aujourd’hui, doive être déclarée comme une endémie afin de trouver vaillamment un vaccin. Monter à bord taxi fait plus peur que contracter la dame malaria.

Pour mettre fin contre des cas d’enlèvement à bord de taxis » kectchs » devenus monnaie courante dans la ville de Kinshasa, la police nationale congolaise ville de Kinshasa, a pris une décision drastique afin de dissiper ce fléau urbain qui ronge aujourd’hui le pays.
Décision prise au cours d’une parade policière au Stade des Martyrs de la Pentecôte, c’est mardi 13 juin 2023, Sylvano Kasongo, commissionnaire divisionnaire adjoint de la Police, ville de Kinshasa, qui a réuni le ban et l’arrière ban de la PNC/K a ordonné, endéans 48h, aux chauffeurs concernés de retirer les vitres fumées pour ne pas faciliter ces opérations criminelles.

« Les voitures ketchs de couleur jaune qui font le transport en commun ont 48h pour enlever les vitres fumées. Si ces voitures circulent après le délai, nous mettrons la main dessus. S’ils grèvent pour cela, qu’ils le fassent même pendant une année. Ce sont des mesures policières », a-t-il précisé

Ce moratoire de 48h a pour délai mardi 13 et mercredi 14 juin. À dater de jeudi 15 juin, aucun véhicule taxi de transporter en commun dit Ketch ne peut circuler avec les vitres fumées.

Ces derniers jours, beaucoup de cas d’enlèvements sont signalés à Kinshasa, la capitale congolaise. Cela se fait de beaucoup à bord de gestion taxis bus dit ketchs . Par delà, cette décision de radier les vitres fumées pour casser cette tendance. Par ailleurs, si les vitres sont teintées d’origine, chef de la police de la ville de Kinshasa, exige de baisser toutes ces vitres, que l’intérieur du véhicule soit visible.

Il a notamment annoncé des Road Bloc improvisés de temps à autre. C’est une opération qui consiste à l’érection des barrières nocturnes sur les grandes artères de la ville de Kinshasa afin de lutter contre l’insécurité. L’objectif, c’est de créer d’abord le check point pour contrôler le profil des criminels déjà cités auprès de la police en ce qui concerne leur mode d’action. Aussi, les Road Bloc génèrent des embouteillages, qui du reste sont bénéfiques pour les services de sécurité parce que ça met en mal la mobilité des criminels.

Ces malfrats font soit des enlèvements pour dépouiller la victime puis l’abandonner, soit ils demandent une rançon en contrepartie de la libération.

You May Also Like

Kasaï-central : Daniel Lukusa candidat président de bureau définitif de l’Assemblée provinciale

Irumu : six personnes tuées par les ADF à Ndalya

Petition : Dénonciation des actes d’exercice illégal de la profession d’avocat, de faux et usage de faux à charge de Sieur José KAYEMBE TSHIMANGA

RDC-Élections Sénatoriales au Nord Kivu : La CENI supplante la Cour Constitutionnelle (Panel des Experts de la Société Civile)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *