Ass Nat : les élus de provinciaux de Kinshasa plaide la question de l’insécurité aux portes de Kinshasa auprès de l’honorable président Mboso

Le président de l’Assemblée nationale, l’honorable Christophe Mboso N’Kodia Pwanga, a reçu en audience, ce lundi 15 mai 2023 dans la salle des banquets du palais du peuple , une délégation d’élus provinciaux de la ville de Kinshasa, conduite par le député Godé Mpoyi Kadima, président de l’assemblée provinciale de Kinshasa. A l’ordre du jour de leurs échanges, la question securitaire pour leurs électrices et électeurs de la ville de Kinshasa.

« Ils ont constaté qu’il y a beaucoup d’assassinats dans la ville. Et ils sont venus auprès de l’Assemblée nationale apportés ce message d’inquiétude sécuritaire pour que l’Assemblée nationale se joigne à eux pour que soit ramenée la paix au niveau de la ville et surtout intervenir auprès du gouvernement central afin qu’il dote la police de la ville de Kinshasa de tous les moyens lui permettant de faire face à cette insécurité qui sévit dans la ville », a circonscrit le speaker de la Chambre basse du Parlement.
Au cours de ces discussions, il a également été question des enfants kuluna, pour qu’on trouve une solution afin qu’ils soient intégrés dans la société, a renchéri Christophe Mboso.

De son côté, Godé Mpoyi, député provincial et président de l’assemblée provinciale de Kinshasa (APK) s’est exprimé en ces termes:’ La situation géopolitique de Kinshasa nous inquiète. C’est ainsi que nous avons levé l’option de venir nous ressourcer auprès de la deuxième personnalité de ce pays et qui se trouve être le seul sage de la République, parce que, lorsque vous regardez l’ossature institutionnelle de la République, personne n’a son âge à ce genre de postes. Nous l’avons étudié à l’école et aujourd’hui, nous faisons la politique avec lui ».

Les élus provinciaux de la ville de Kinshasa, sous la conduite du président de l’APK, ont estimé qu’il avait beaucoup de choses à se ressourcer auprès de l’honorable président Mboso en faveur des Kinoises et Kinois.

‘ »Ce qui nous inquiète, ce sont ces tueries récurrentes. C’est cette insécurité à la porte de la ville de Kinshasa entre Teke et Yaka. C’est cet encerclement dont nous sommes victimes aujourd’hui du fait de nos agresseurs », a expliqué par ailleurs Godé Mpoyi.

Avant de poursuivre par ces mots:  » Pour ceux qui s’intéressent aux questions géopolitiques, aujourd’hui, notre agresseur principal est en train de s’installer dans tous les pays voisins.Mais nous avons constaté que cette question est traitée avec beaucoup d’incurie. C’est ainsi que nous sommes venus aux pieds du président de l’Assemblée nationale pour qu’il réveille le gouvernement et que cette question soit traitée avec beaucoup de tacts, parce que Kinshasa , c’est le siège des institutions. C’est-à-dire que si les institutions fonctionnent, tout simplement parce que Kinshasa est contrôlé par ses autorités. Donc, qu’on ne puisse pas confondre Kinshasa avec Rutshuru », a martelé le président de l’APK.

Au-delà, de cet intérêt institutionnel, la ville de Kinshasa, c’est 17 millions d’habitants, est plus grand que le Congo-Brazza, Gabon et tout le Cameroun francophone. S’il y a des problèmes dans cette ville, il n’y a pas de forêt où nous pourrons partir nous cacher’, a aussi relevé le député provincial Godé Mpoyi .

En réaction à cette sollicitation, le président de l’Assemblée nationale a rassuré ses hôtes que tout sera mis en oeuvre pour que la paix revienne rapidement sur toute l’étendue de la ville. Et l’occasion faisant le larron, les élus de Kinshasa ont dit à la population que la sécurité est une affaire de tous. Que chaque citoyen soit vigilant.

Cellcom AN

You May Also Like

Alerte ! Un réseau mafieux à la Gombe pour dépouiller l’État de ses villas

Le Syndicat du Sénat ramène Sanguma Mossai à la raison Titre

Élections des sénateurs et gouverneurs : la CENI prévient les corrupteurs

« Sans le sous-sol congolais l’Union Européenne serait un lion sans dents! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *