Kinshasa: Bouclage de fer à Mombele, la population crie au traumatisme et manque de professionalisme

La population du quartier Mombele à Limete pris en sandwich par une opération de bouclage de sécurité pendant la nuit du mardi 11 octobre jusqu’au grand matin pas de sortie ni d’entrée, cette expédition policière vise à mettre la main sur les bandits urbains ( kuluna), qui traquent sans merci cette entité de Kinshasa en proie de la délinquance juvénile depuis plusieurs années.

Une colonne de la police blindée jusqu’aux dents, est déployée afin de déboucher les kulunas dans trous. Une opération porte à porte d’exhibition des cartes d’identité, contrôle et fouille des objects à caractère létal( arme blanche, effet militaire, drogue à bombé, chanvre etc) …
Une ceinture des fers sont placées à l’entrée de chaque direction,coins et recoins, la cible c’est de jeunes garçons âgés de 14 ans à 30 ans, qui sont obligés de montrer leur carte d’ identité aux agents de la police .

Cette opération a commencée de 1h du matin jusqu’à 8h plus.

Les agents de la Police Nationale Congolaise ne permettant ni enseignant, corps médical, journaliste, avocat, agent de l’État d’y accéder à la barrière, quelconque carte exhibée, un spectacle des soldats dans le quartier suscitant un traumatisme et la peur rouge parmi les habitants de cette contrée.
Intolérables, les agents mettent la mains aux vielles gents, mamans ou papas pour des besoins spectacle ou vénal.

Cependant, aucun bandit est pris dans leur gibecière, selon eux, la carte d’identité, vous delivre du mal. Quant cela ne tienne, la population avertie, demande si les kulunas sont exclus lors d’enrôlement des prises des cartes d’électeurs, est-ce que, ces bandits de Mombele en manquent ?

Selon, Maître Daddy Bosskula, cette méthode n’est que la façon fantaisiste des agents de la police de faire leur travail.
À l’en croire, ils doivent avoir des informations auprès des postes des polices commis au quartier, sur la vraie identité des kulunas, au lieu de faire le pèle- mêle d’un spectacle comme celui du catch américain.

Il rajoute, des policiers aux services dans les sous-ciats, points – chaud sont des amis et copains de kulunas, leurs milices des maîtres volontaires sont autant des doubles agents( kuluna et anti-kuluna), faillibles devant les pombas, ne savent que faire?

C’est simplement une marche de santé à laquelle se livre la police et un pire dérangement pour la population, affirme cet avocat.
Arrêtez les kulunas doivent être un travail d’haleienes entre les postes-relais, chefs des rues, quartiers, et la population, une nuit et brouillard, considérant tout habitant de Mombele est suspect, est un outrage de l’atteinte de la dignité des personnes, violations des droits de l’homme et humaine.

Un bouclage qui va jusqu’à 8 heures est un pire traumatisme parmi les habitants, qui doivent vaquer à leurs occupations respectives.

Barca Horly

You May Also Like

RDC: »Lorsque le développement commence à la base, nous serons informé de toutes les difficultés sans nécessairement recourir au modèle développement de l’extérieur » ( Nicole Bwatshia)

RDC-MIN.FPM : Sama Lukonde lance les travaux de l’atelier de validation des données de l’EFTP collectées à Lubumbashi, Kinshasa et Matadi

Kisangani: 300 nouveaux adhérents intègrent le parti de Puis Mwabilu grâce au tendem Boliki-Augustin Yakiango

Kinshasa : Le centre pénitentiaire de rééducation de Kinshasa, ex prison de Makala, vient d’être doté d’une bibliothèque carcérale pour mineurs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.