Taxe en période de COVID-19 : Quid du peuple d’abord ?

 

 

Alors que le monde traverse une crise sanitaire sans précédent entraînant une crise économique comparable à l’après guerre, c’est en République démocratique du Congo, pays de Tshisekedi que les taxes ne cessent de grimper.

Après la taxe des accises sur l’Internet, cette fois c’est la taxe sur les téléphones instaurée par le ministre des PTNTIC, Augustin Kibasa Maliba et promulguée dans le journal officiel par le premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba. En effet, la loi no. 20/005 du 9 mars 2020 publiée au journal officiel fixant les modalités de paiement des prestations de l’Autorité de régulation des postes et télécommunications (ARPTC) vient instaurer une nouvelle taxe selon la marque des téléphones allant de 1$ sur les 2G contre 7$ sur les téléphones à 3G, 4G et plus, une taxe considérée de plus par la population congolaise.

En période de crise, quid du slogan « le peuple d’abord »

 » Le peuple d’abord « , ne serait-ce qu’un simple slogan ? S’interroge la population congolaise qui se retrouve encore une fois victime de ses dirigeants.

Ce slogan qui a accompagné la campagne électorale du président Félix Tshisekedi et qui est d’ailleurs le résumé de toute son idéologie de la gestion du pays centrée sur l’amélioration de la vie du Congolais sur tous les plans se trouve n’être qu’une utopie.

Comment un peuple qui peine pour se nourrir, pour payer du crédit pour son téléphone peut se retrouver avec une autre taxe de plus sur son dos ?

Le peuple congolais s’insurge avec force contre cette taxe torturante et inopportune.

Alors que le chef de l’État manifestait la volonté de faire de la RDC un hub technologique en Afrique centrale, cette taxe va encore ralentir cette démarche, car disent les Congolais : « on préfère encore ne plus avoir de téléphone ou en faire des MP3 plutôt que de payer cette taxe de Kibasa qui ne servira à rien pour le pays ».

En cette période de crise sanitaire due au COVID-19, ce n’est pas d’une nouvelle taxe qu’a besoin le peuple mais de la matérialisation du fameux « le peuple d’abord » pour sortir ce dernier du fond du gouffre car le trou où il se retrouve semble être très profond et les dirigeants devraient s’y pencher…

 

TIMES.CD

Laisser un commentaire