4è CNRPF : D’importantes recommandations soumises à l’État, aux partenaires et au CTMP

 

Les lampions des travaux de la 4ème Conférence Nationale pour le Repositionnement de la Planification Familiale se sont éteints le jeudi 5 décembre 2019 au Fleuve Congo Hôtel.

Organisées par le Comité Technique Multisectoriel Permanent de la Planification Familiale, du 3 au 5 décembre 2019, ces assises de grande portée portant sur les questions de démographie et de développement sociétal, ont connu des séances de travail avec divers panelistes experts autour du thème « Émergence de la RDC en 2030, Place et rôle de la Planification familiale ».

Elles ont été sanctionnées par l’engagement du gouvernement, par l’entremise du ministère de la Santé, de s’impliquer davantage sur les questions de planification familiale.

Quant au Comité Technique Multisectoriel Permanent, il s’est dit satisfait des résultats obtenus et a salué l’implication des partenaires, bailleurs ainsi que du gouvernement congolais.

Les recommandations

A l’issue de la 4ème Conférence Nationale pour le Repositionnement de la Planification Familiale en RDC, les participants ont formulés plusieurs recommandations.

Au CTMP, ils ont demandé d’organiser l’évaluation finale du Plan Stratégique National à vision multi Sectorielle (2014-2020) et d’écrire le nouveau Plan Stratégique de Planification Familiale pour la période 2021-2025 avec un regard à l’horizon 2030 et un accent sur plus de services pour les Adolescents et Jeunes. Mais également d’encourager la recherche pour identifier des stratégies afin d’atteindre le nombre optimal d’enfants par femme pour contribuer à l’émergence de la RDC et de considérer les autres initiatives internationales pour des activités de santé sexuelle et reproductive plus intégratives, gage de démarche efficiente vers la couverture sanitaire universelle.

Participants

Du côté du secteur privé, il a été recommandé d’investir davantage dans la Planification Familiale dans le Cadre de la Responsabilité Sociale et Sociétales des entreprises minières.

Pour ce qui est des Institutions de la République, elles sont appelées à matérialiser les engagements pris à Addis Abeba en 2013, renouvelées en 2016 à Bali( Indonésie) et en décembre 2019 à Kinshasa à l’occasion de cette 4ème Conférence Nationale, y compris le décaissement et l’utilisation des fonds. Aussi, devront-ils initier des réformes courageuses qui mettent l’accent sur la santé et l’éducation des femmes, des réformes pour s’assurer que les entreprises minières intègrent dans leurs cahiers des charges les interventions sur la planification familiale et, bien entendu, soutenir l’intégration du service de la planification familiale dans les structures sanitaires des Entreprises minières directement ou indirectement par des soutiens en intrants et autres renforcements des capacités des prestataires à travers les différentes zones de santé.

Au FP2020 et ses constituantes, il leur faudra augmenter les investissements en Planification Familiale pour la RDC et mobiliser des nouveaux investissements en faveur de la RDC, mais aussi mettre en place le Partenariat de l’Afrique Centrale avec son siège à Kinshasa, à l’instar du Partenariat de Ouagadougou.

Tim Katshabala

Laisser un commentaire