Actualité

*Gouvernorat de Kinshasa : Magloire Kabemba Okandja, un casier judiciaire vide*

Considéré par plusieurs observateurs comme le candidat dynamique, de la rupture et doté d’un savoir-faire avéré, Magloire Kabemba est victime des complots, des campagnes de diabolisation et de dénigrement depuis l’annonce de sa candidature au poste de Premier citoyen de la ville de Kinshasa. Visiblement compte tenu de ce contexte, ces attaques sont intentionnellement relancées dans l’ultime but de le discréditer mais aussi de le faire écarter par les instances judiciaires de la course électorale des gouverneurs prévue le 26 mars de l’année en cours.

A cet effet, en vrai technocrate, Magloire Okandja dispose d’un casier judiciaire vide. Il n’a jamais fait objet d’une condamnation quelconque à la suite de la révocation présidentielle dont il a été victime avec ses anciens collaborateurs de la Direction générale des impôts où il a eu à travailler pendant plusieurs années avec des bons témoignages.

Cependant, la cellule de communication de Magloire Kabemba a tenue à faire une mise au point le lundi 04 mars 2019 suite à la publication par voie de presse dont de nombreux médias congolais en ligne et audiovisuels ont fait écho de la lettre ouverte de Monsieur Rudy Olambe intitulée : » Kinshasa : la candidature de Magloire Kabemba entachée d’une révocation présidentielle ».

Pour cause, considéré comme un rigoureux et dynamique dans sa façon de faire les choses, la cellule de communication estime que ces allégations sont non fondées et incohérentes pour celui qui s’est permis de porter l’ambition des Kinois et Kinoises pour relever les défis de l’heure et redorer l’image de la ville de Kinshasa grâce à son programme intitulé 24 projets majeurs de la ville de Kinshasa.

Réagissant sur la lettre ouverte de Monsieur Rudy Olamba, la cellule de communication rappelle que cette affaire portait sur le transfert des crédits d’impôt, opération régulièrement autorisée par le ministre des Finances et que les régies financières devaient mettre en application, avait été instruite et classée sans suite pour faits non établis par le procureur général. Cela date de 2006.

Mais curieusement et contrairement aux dispositions du statut de la fonction publique qui subordonne la décision administrative à la décision judiciaire, des gens malintentionnés vont concocter un rapport dénué de tout fondement pour proposer en 2009, trois ans après, cette décision au président de la République dont la bonne foi a été trompée.

Cependant poursuit-elle, juste après une commission a été mise en place par le Premier ministre pour corriger les erreurs commises à travers cette ordonnance et bien d’autres ordonnances qui ont révoqué malencontreusement bon nombre de cadres du ministère des finances (DGI, DGRAD, DGDA, Direction du trésor, etc.)

Ainsi, la commission a dressé et transmis un rapport proposant la réhabilitation de MAGLOIRE KABEMBA ainsi que celle des autres au Chef de l’état.

La cellule de communication rappelle qu’il y a lieu de savoir que ce dossier concernait plusieurs cadres des régies du ministère des Finances notamment BAVON NSAMPUTU devenu après la fameuse ordonnance de révocation, député national et ministre de l’Environnement, Monsieur BULAMBO KILOSHO Jean-Marie devenu par la suite député national maintes fois réélu, ministre de l’Economie nationale, ministre de Pêche et Elevage et actuellement Président du bureau provisoire de l’Assemblée provinciale du Sud-Kivu; FRANCOIS KABALA devenu par la suite président de l’Assemblée provinciale du Kasaï Oriental et enfin, BABA MUANANTEBA nommé par ordonnance présidentielle Président du Conseil d’administration de l’Autorité de régulation de la sous-traitance.

Pourquoi cet acharnement sur MAGLOIRE KABEMBA s’est-elle interrogée ? Alors que la justice l’a blanchi avec les autres et que ceux-ci placés dans la même situation que lui à l’époque ont bénéficié des ordonnances présidentielles les nommant à des postes. Tout en soulignant qu’une erreur administrative est appelée à être corrigée et ne peut servir de prétexte pour nuire à un candidat dont la compétence est avérée.

Face à ce tableau, elle estime que son casier judiciaire est vierge. Car, il n’a jamais fait l’objet d’une quelconque condamnation judiciaire pour quelque dossier que ce soit. À titre illustratif, il a eu par la suite à exercer paisiblement des fonctions ministérielles au niveau de la ville de Kinshasa et a été élu massivement député provincial de la commune de Kasavubu après validation par la CENI de son dossier jugé conforme aux textes légaux et réglementaires en République démocratique du Congo.

S’agissant de l’affaire des jumeaux Fwelo morts de noyade dans la piscine du candidat gouverneur de la ville de Kinshasa, Magloire Kabemba, TIMES.CD s’est procuré l’arrêt de la Cour suprême sur la suite réservée à cette affaire des jumeaux Fwelo.

En effet, Magloire Kabemba avait été tenu pénalement responsable par le père de ces enfants. Ce dernier avait en son temps porté l’affaire devant les cours et tribunaux pour homicide involontaire.

De son côté, la Cour suprême de justice siégeant en matière de cassation, devant laquelle ladite affaire était portée, avait depuis 2017 acquitté le Candidat dynamique et de la rupture Magloire Kabemba. En constant que la Cour l’avait carrément lavé de toute suspicion dans cette affaire dite des jumeaux.

Par contre, la Famille Fwelo était condamné au paiement de 105.000fc de frais de justice. Donc, l’on note qu’après avoir parcouru les différents documents, la famille Fwelo n’a jamais gagné cette affaire du premier ou en second degré jusqu’en cassation. Du coup comme dans le premier dossier évoqué ci-Haut, le casier judiciaire de Kabemba demeure sans tâche, ni ride. Il demeure vierge jusqu’à preuve du contraire.

Rappelons-le, Magloire Kabemba élu de la commune de Kasavubu a dans son agenda 24 projets innovants pour réinventer la ville de Kinshasa. Ces 24 projets représentent les 24 communes que comptent la ville de Kinshasa. Il s’agit d’après plusieurs analystes des réponses adéquates aux problèmes qui rongent la ville de Kinshasa et ses habitants.

Son cheval de bataille est celui d’améliorer la gouvernance pour une meilleure mobilisation des ressources en faveur du développement de la ville en vue du mieux être des Kinois et Kinoises. Sauf changement de dernière minute, c’est le 10 mars donc 16 jours avant les élections des gouverneurs, qu’il dévoilera en long et en large son projet de société pour le meilleur lendemain de la ville de Kinshasa siège des institutions de la République démocratique du Congo.

Clément Muamba Mulembue/Times.cd

Click to comment

Laisser un commentaire

Most Popular

To Top