Actualité

Félix Tshisekedi rassure sur le choix du porte-parole de l’Opposition

Le président de la république, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a eu, lors de son séjour le mercredi 6 février 2019 à Nairobi, un échange avec la communauté congolaise vivant à dans la capitale kényane. Le chef de l’État a promis de respecter la Constitution de la République démocratique du Congo au sujet de la désignation du porte-parole de l’Opposition.

Aussi a-t-il fait savoir : « Sous mon mandant, même ceux qui vont choisir d’aller à l’opposition verront que les choses seront différentes. Nous allons laisser l’opposition désigner son chef de file comme le prévoit la Constitution ».

À l’Assemblée nationale, a suggéré Félix Tshisekedi, il doit y avoir même un opposant a la tête de la Commission économie et finances (Ecofin), avec les autres, pour qu’ils aient d’avantage le droit de regard sur les finances de la République.

Il sied de le noter, selon l’article 19 de la loi portant statut de l’opposition, le coordonnateur de la composante politique devrait être désigné par consensus, à défaut par vote majoritaire, endéans un mois après l’investiture du gouvernement. Mais depuis deux législatures déjà, l’Opposition a été incapable de pourvoir ce poste faute d’un consensus et d’élection, d’après le régime de Joseph Kabila. L’Opposition en son temps avait rejette cette allégation, accusant le Pouvoir d’être à la base du blocage, car les présidents de deux chambres du Parlement sont censés de convoquer la plénière.

Au cours de cet échange avec la communauté congolaise de Nairobi, le président Félix Tshisekedi a également réitéré son engagement pour la gratuité de l’enseignement primaire, secondaire et professionnel, dès l’année scolaire prochaine, tel que promis lors de son discours d’investiture le 24 janvier 2019.

« Nous ferons tout pour que la rentrée scolaire prochaine soit gratuite pour l’école secondaire et primaire. On fera tout pour améliorer. Tous les enfants de moins de 18 ans, même ceux qui sont au village, doivent aller à l’école « , a garanti le cinquième président de la RDC. Cette promesse, a-t-il rappeléa, correspond à la loi en vigueur dans le pays. Selon l’article 43 de la Constitution, l’enseignement primaire est gratuit et obligatoire dans les établissements publics.

Le chef de l’État congolais a néanmoins reconnu que le défi est énorme, d’où il faut un changement de mentalité du Congolais. « Pour y arriver, il faut également changer de mentalité. Il faut construire les écoles. C’est un plan à long terme. Dans l’immédiat, il faut améliorer le cadre », a-t-il dit.

Clément Muamba Mulembue/TIMES.CD

Click to comment

Laisser un commentaire

Most Popular

To Top