Première réunion du conseil supérieur de la défense sous la direction de Félix Tshisekedi

 

L’heure n’est pas au repos mais plutôt au travail, c’est dans ce cadre que Félix Antoine Tshisekedi a convoqué ce vendredi 25 janvier 2019 le premier Conseil supérieur de la défense en sa qualité du Chef de l’État et Président de la République démocratique du Congo.

Pour les observateurs, en premier lieu, il sera ici question pour le nouveau président de la République de prendre langue avec les différents acteurs de ce secteur important de la vie nationale.

Deuxièmement, parmi ses promesses de campagne électorale, le président de la République Felix Tshisekedi avait promis de ramener la paix à Beni, Butembo, dans le Kasaï et Yumbi dans le Mai Ndombe, occasion pour lui de s’enquérir de la situation en vue d’apporter des solutions.

Aussi, avait-il fait part de son intention de fermer tous les cachots de fortune et en même temps amener les forces de défense et de sécurité à être conscientes de leurs responsabilités vis-à-vis de la population.

À cette occasion, Plusieurs autorités du pays prennent part à cette réunion notamment, le Premier Ministre Bruno Tshibala, les Vice Premier Ministre en charge de l’intérieur Henri Mova, Celui des Affaires Étrangères Leonard She Okitundu, Crispin Atama Tabe ministre de la défense nationale, le commissaire général de la Police nationale congolaise Dieudonné Amuli Bahigwa, Célestin Mbala Munsense Chef d’État major des FADRDC, les chefs des zones de défense nationale et autres.

Il sied de rappeler que le Conseil supérieur de la défense a pour mission de décider sur les matières relatives à la défense et émettre des avis sur la proclamation de l’état d’urgence et la formation d’une armée républicaine.

Le Premier ministre, les ministres de la Défense, de l’Intérieur, celui des Affaires étrangères, le chef d’état major général des Forces armées de la RDC ainsi que les chefs d’états-majors de toutes les forces et l’inspecteur général de la police siègent également au sein de cette structure.

En cas d’empêchement du Président de la République, c’est au Premier ministre de le remplacé.

Clément Muamba Mulembue

Laisser un commentaire