Joseph Kabila : « financer seul nos élections vise à soustraire notre pays des ingérences étrangères ».

En marge de la tenue des élections générales et des festivités de la fin de l’année, le Chef de l’État Joseph Kabila Kabange a dans son discours ce samedi 29 décembre 2018 rappelé qu’il est évident qu’au plan politique, le défi majeur demeure l’organisation du troisième cycle électoral, historique à plus d’un titre.

Tout en rappelant qu’assumé à hauteur de 90 % en 2011, nous nous sommes engagés, cette année, pour la toute première fois de notre histoire, à financer nous-mêmes, entièrement notre processus électoral. Il s’agit, pour nous, d’un effort visant à soustraire notre pays des ingérences étrangères susceptibles de contrarier la volonté d’autodétermination de notre peuple.

Aussi, a-t-il affirmé qu’Il n’y a pas de doute. La République Démocratique du Congo est aujourd’hui non seulement une République mais bien plus, une démocratie.

Il s’agit là d’un deuxième acquis à préserver, après celui nous légué par les pères de l’indépendance, à savoir : un pays libre et uni.

« Vous ne me contredirez pas », lance Joseph Kabila Kabange, reconnaissant qu’il reste à poursuivre des réformes institutionnelles en vue de la rationalisation des coûts opérationnels excessifs des processus électoraux.

En ce moment où s’ouvre dans quelques heures les différents scrutins de ce cycle électoral, je voudrais rassurer notre peuple que ce processus est véritablement le sien.

Et d’ajouter, de la même manière qu’il s’en est approprié lors des précédentes étapes, à savoir : la préparation et l’adoption des dispositions légales nécessaires au processus, la mise en place de la Commission Electorale Nationale Indépendante, l’organisation du financement de l’ensemble du processus, la publication du calendrier électoral, l’enrôlement des électeurs, l’enregistrement des candidatures et, bientôt, la tenue des élections proprement dites, le peuple congolais est demeuré maître de son processus.

Ainsi, a-t-il souligné, il prouve à la face du monde qu’il en connaît les vrais enjeux : ceux de l’affirmation de sa dignité et de la consolidation de sa souveraineté.

En outre Joseph Kabila a rassuré la population que les dispositions ont été prises avec le Gouvernement pour sécuriser toutes les parties prenantes au processus (Candidats comme électeurs, y compris les observateurs).

Et il poursuit : « c’est ici aussi, le lieu d’en appeler au respect des règles du jeu. Notre Constitution, et toutes les parties aux différents accords l’ont reconnu, ne confère la compétence d’organiser les scrutins et d’en publier les résultats qu’à la CENI, elle seule et, in fine, à la Cour Constitutionnelle ».

Pour ce qui concerne nos compatriotes du territoire de Yumbi, dans la province du Maï-Ndombe, Joseph Kabila a présenté ses condoléances aux communautés concernées, tout en exhortant chacun à retourner aux bons sentiments de tolérance mutuelle et de patriotisme.

A eux et aux compatriotes de Beni et Butembo, Joseph Kabila affirme que les élections auront lieu dès que les situations respectives le permettront.

Clément Muamba Mulembue/Times.cd

Laisser un commentaire