Actualité

La MP accuse Lamuka de préparer le sabotage des élections du 23 décembre

La Majorité présidentielle, par le canal de son porte- parole, André Alain Atundu, a, au cours d’une conférence de presse tenue ce vendredi 7 décembre 2018, fustigé la position du candidat président de la République de Lamuka, Martin Fayulu, qui invite la population à voter avec les bulletins papiers sans recourir à la machine à voter prévue par la commission électorale nationale indépendante.

À en croire la famille politique du Chef de l’État, cette coalition née à Genève est dans la logique de saboter les élections du 23 décembre 2018. À cet effet, a-t-il ajouté, « elle ne peut pas espérer gagner les élections de décembre.

« Comment espérer raisonnablement gagner une élection avec des bulletins nuls? » s’est-il interrogé. Il a poursuivi en expliquant que tout est fait pour contester les résultats, dans le but de créer une atmosphère de chaos, susceptible de mener avec le concours des puissances obscures de la communauté internationale à un dialogue de plus, pour instaurer une transition sans Kabila.

Pour le porte-parole de la MP, inviter les congolais à exiger les bulletins papiers le jour du vote pour le déposer dans l’urne en lieu et place du bulletin imprimé par la machine, c’est se moquer des électeurs mais aussi bafouer la démocratie.

Par ailleurs, il a encouragé le gouvernement à prendre des dispositions pour contrer les sanctions infligées par l’Union européenne.

« La Majorité Présidentielle encourage le gouvernement à prendre toutes les dispositions envisageables pour contrer les effets des sanctions injustes et immorales de l’UE contre les autorités congolaises dont le seul péché est d’avoir la charge d’accompagner le Garant de la Nation dans la réalisation de son serment constitutionnel », a déclaré le porte-parole de la Majorité, Alain Atundu.

Il convient de signaler que sauf changement c’est ce lundi 10 décembre 2018 que les officiels congolais seront fixés sur la levée ou la prolongation des sanctions.

Rappelons-le, une quinzaine de personnalités congolaises dont Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin du président sortant, Joseph Kabila, à l’élection, présidentielle figure sur la liste des personnes sanctionnées par l’Union européenne.

Clément Muamba/TIMES.CD

Click to comment

Laisser un commentaire

Most Popular

To Top