Actualité

RDC: Lancement du rapport sur l’État de la population mondiale 2018

RDC: Lancement du rapport sur l’État de la population mondiale 2018

La République démocratique du Congo a officiellement lancé le lundi 19 Novembre 2018 a l’hôtel Fleuve Congo, le
rapport des fonds des Nations-Unies pour la population sur l’état de la population mondiale 2018 sous le thème : le pouvoir du choix: Les droits reproductifs et la
transition démographique.

À cette occasion, la cérémonie a été présidée par Modeste Bahati, Ministre d’Etat et Ministre du plan. Ce dernier a profité de cette tribune pour appeler tous les acteurs de développement à investir dans la planification familiale en RDC. En effet, dit-il, la planification familiale sauve la vie des mères et des nouveau-nés et constitue à n’en point douter l’une des interventions les moins chers, les plus rentables et dont l’impact est le plus durable sur la santé.

« Les femmes et les jeunes filles adolescentes bien éduquées, en bonne santé, ayant un emploi décent et autonomisées constituent une force pour le changement et la réalisation du dividende démographique dans notre pays »a-t-il fait savoir.

Pour lui,, la planification familiale permet au gouvernement de gérer la pression qu’exerce la croissance démographique sur le système éducatif. En effet, poursuit-il, dans l’hypothèse ou la RDC réussit à relever le taux de prévalence contraceptive à 15% d’ici 2030, on observerait une baisse substantielle de l’effectif de population avec un impact direct sur le nombre.

Il a rappelé à titre de réponse permettant de mieux subvenir aux besoins des adolescentes affectées et de réduire leur vulnérabilité face aux différentes crises, les interventions du gouvernement se sont focalisées sur : la révision du code de la famille, l’âge minimum du mariage est désormais fixé à 18 ans pour la jeune fille, l’élaboration de la loi sur la santé et des nouvelles lois dans les domaines de la santé de la reproduction et du genre.

Sur le plan pratique, Il a fait savoir que le gouvernement a lancé le 15 mai 2015 une campagne à travers le ministère du genre une campagne nationale pour une durée de deux ans, un plan triennal de la lutte contre les mariages précoces a été élaboré.

Le représentant pays de l’UNFPA, Mr. Sennen Hounton a dans son mot rappelé l’importance de cette cérémonie, car dit-il l’UNFPA, avec l’appui du gouvernement pour la production et l’utilisation de taulier socio-économique, traite la question de la population et œuvre pour les droits de chaque homme, chaque femme et chaque jeune à jouir d’une bonne santé et que chaque individu soit traité avec dignité c’est-à-dire que chaque grossesse soit désirée et que le potentiel de chaque jeune soit accompli.

Aussi, a-t-il réitéré l’engagement de son institution de continuer à soutenir les efforts du gouvernement congolais tendant à une meilleure adéquation entre la croissance démographique et économique pour une réduction effective de la pauvreté.

Convient-il de noter pour ce qui est de la RDC, ce rapport révèle le niveau actuel élevé de la fécondité qui est incompatible avec les exigences de l’émergence du pays, en suite la faible utilisation des méthodes modernes de contraception, qui est un frein à l’autonomisation des femmes et les besoins non satisfaits en matière de planification familiale, qui est un indicateur de performance de la couverture sanitaire universelle et finalement la pression démographique, paix, sécurité, éducation et emploi en RDC qui ont des liens certains mais encore sous-estimés.

Aussi, a-t-il démontré que pour une jeune fille (15-19ans) sur 3 a déjà un enfant et en moyenne 8 enfants par femme dans la moitié des provinces. Et seulement 8% de prévalence contraceptive chez les femmes sur toute l’étendue nationale.

Par ailleurs, cette cérémonie a connu
une forte participation d’officiels du gouvernement avec notamment la présence de Madame la
Ministre du Genre Enfant et Famille; Mais aussi du Système
des Nations Unies représentés par la coordinatrice résidente
en RDC, Madame Kim Bolduc, les chefs d’agences et les
ambassadeurs en poste à Kinshasa.

Rappelons le, outre la présentation
du rapport, des exposés scientifiques sur la dynamique
démographique et la sécurité alimentaire ainsi que les défis de
l’émergence pour la capture du dividende démographique
conduits par des professeurs d’universités ont bouclé la cérémonie de ce jour.

Clément Muamba Mulembue

Click to comment

Laisser un commentaire

Most Popular

To Top