Now Reading:
Meeting du FCC : Le gouvernement appelé à s’expliquer sur les sources de financement
Full Article 3 minutes read

Meeting du FCC : Le gouvernement appelé à s’expliquer sur les sources de financement

Le député national Muhindo Nzangi Butondo a déposé une question d’actualité au bureau de l’Assemblée nationale, adressée au ministre des Finances sur l’origine des fonds distribués au stade Tata Raphael lors du meeting du Front commun pour le Congo (FCC).

« Conformément à l’article 138 de la Constitution de la RDC, je vous adresse cette question d’actualité pour avoir des informations sur le financement des activités politiques liées au meeting du mouvement politique FCC le samedi 27 octobre 2018 », a-t-il écrit dans une correspondance adressée au président de la chambre basse du Parlement Aubin Minaku, dont une copie est parvenue à ce mardi 30 octobre 2018 à TIMES.CD.

En effet, rapporte l’élu de Goma dans sa correspondance, à la sortie du rassemblement politique, des bagarres ont éclaté entre militants excités qui se partageaient d’importantes sommes d’argents. Après vérification et des témoignages concordants, a-t-il souligné, les billets disputés ont été payés par l’argent du contribuable congolais à travers une procédure d’urgence initié par votre ministère.

Par ailleurs, l’Association congolaise pour l’accès à la Justice (ACAJ), l’Institut pour la démocratie et la gouvernance, la maix et le développement en Afrique (IGDPA), l’Institut de recherche en Droits Humains (IRDH) et la Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) ont demandé à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et au Parquet général de la République (PGR) d’ouvrir des investigations au sujet du meeting du FCC. Ceci, afin de punir toute violation de la loi électorale en ses dispositions interdisant l’abus des moyens et du personnel de l’Etat.

Ces organisations de la Société civile disent relever une mobilisation du personnel et des fonctionnaires de l’Etat, notamment des policiers vêtus en civil et des agents de l’administration de la Territoriale en fonction, mais aussi des bus de la société Transco qui dépendent du Ministère de Transport et Voies de communication. Et des fonds du Trésor public ont été distribués aux participants sur la voie publique.

Elles ont estimé aussi que les pratiques du FCC sont contraires à la morale politique que prône la loi électorale. Elles citent l’article 6 de la Constitution qui donne aux partis politiques le devoir de l’éducation civique et l’article 36 de loi électorale qui interdit l’utilisation à des fins de propagande électorale des biens, des finances et du personnel de l’Etat, des établissements et organismes publics et des sociétés d’économie mixte.

Rappelons-le, le FCC a pour autorité morale Joseph Kabila, chef de l’État, mais aussi des membres du gouvernement qui avaient organisé le samedi 27 octobre dernier un meeting au stade père Raphaël pour présenter aux Kinois leur candidat président de la république à la présidentielle de décembre 2018.

Clément Muamba Mulembue/TIMES.CD

Laisser un commentaire

Input your search keywords and press Enter.