Now Reading:
Elections 2018: « tous ceux qui ne veulent pas de la machine à voter, ne veulent pas des élections »(Me Papy Labila)
Full Article 7 minutes read

Elections 2018: « tous ceux qui ne veulent pas de la machine à voter, ne veulent pas des élections »(Me Papy Labila)

Invité dans une émission du 04 novembre 2018 de la consoeur Mira Mboma, sur  Télé50, Me PAPY LABILA a eu à donner son point de vue sur la transition politique sans Kabila exigée par l’opposition et les élections sans machine à voter.

Mira MbomaQ1/ Juridiquement, est-il possible d’évoquer une transition sans Kabila ?

Papy Labila N : Madame, une transition sans Kabila est une remise en cause de l’ordre constitutionnel établit par le referendum populaire de 2005 ; une transition sans Kabila est un putch contre la démocratie ; une transition sans Kabila est lourde de conséquences. Nous nous posons donc la question, si nos frères de l’opposition croient réellement en l’Etat de droit tant voulu par plus d’un Congolais, notamment par le feu Papa Etienne Tshisekedi. Nous comprenons donc ensemble avec le peuple congolais que nous avons une opposition qui ne croit ni en la democratie, ni en l’Etat de droit encore moins à la constitution qui dispose « art 71, le Président de la République reste en fonction jusqu’à l’élection de son successeur ». Notre opposition s’est donc par soif de sang et du pouvoir par les conciliabules, évertuée à envoyer nos frères et sœurs dans les rues pour baffouer impunément la volonté unanime du peuple qu’est la consolidation de la démocratie. Nous disons donc en conclusion qu’une transition sans Kabila est une fiction d’un groupuscule d’enemies de la démocration et elle ne se fera pas.

Q2/La machine à voter tant décriée, l’oppostion dit non à la cette dernière, Qu’en pensez-vous ?

PLN : Madame, je voudrais d’abord rappeller le principe qui nous regisse dans cet Etat que l’on veut respectueux des règles du jeu. L’article 211 de la loi fondamentale, confère à la Ceni, le pouvoir d’organiser techniquement les élections pendant que dans d’autres Etats du monde, c’est le ministère de l’Intérieur qui en est l’organisateur. Cette Ceni décide consensuellement en plenière dont les membres proviennent des composantes Majorité, Opposition et Société Civile. Donc Madame, le consensus autour du processus électoral est un consensus à priori et non à postériori dans l’esprit de la loi. Les deux dialogues politiques de l’OUA et de la Saint Sylvestre ont découlé sur la volonté de la classe politique et la société civile de voir coupler les 3 scrutins soient présidentiel, legislatif national et provincial le même jour, c’est donc dans la volonté de minimiser les coûts des élections que la machine à imprimer les bulletins de vote que d’aucuns par carrence semantique appelle machine à voter, a été suggérée par l’organisateur technique des élections, à savoir la Ceni.
Madame, tous ceux qui ne veulent pas de la machine, ne veulent pas des élections, pour ce qui est du PPRD, dirigé de mains de maitre par le Secrétaire Permanent Emmanuel Ramanzani Shadary (candidat de la famille politique à la présidentielle), de la Majorité Présidentielle pilotée par l’Honorable Président Aubin Minaku Ndjalandjoko et du Front Commun du Congo du Père de la Démocratie, Joseph Kabila Kabange, nous nous préparons à aller aux élections du 23 Décembre au format que proposera l’organe technique, la Ceni. Car rappellez-vous qu’en 2006 et 2011, nous avons gagné non pas grâce à un procédé de vote mais plutôt grâce à notre projet de société et à la confiance que ne cesse de manifester le peuple Congolais à notre Leader, Joseph Kabila Kabange.

Madame, en conclusion l’opposition politique Congolaise a peur d’affronter les 3è consultations populaires car elle n’avait basé toute sa stratégie politique que sur une prétendue volonté de Joseph Kabila de vouloir briguer un 3è mandat. Chose qui n’était qu’un vaste procès d’intention car Joseph Kabila a toujours tenu parole, il promettait en 2002 de normaliser la vie politique, aujourd’hui chose faite. En regardant droit dans les yeux nos amis de l’opposition politique souffrant du syndrome Berlinois, qui passent leur temps à Bruxelles, New york et je ne sais où ?Dites-nous clairement, voulez-vous d’une democratie consensuelle ou d’une démocratie effective par lequel le peuple s’exprime et désigne ses dirigeants ?

Q3/ A l’hypothèse où la Ceni connaitrait un problème technique, quelle serait la solution selon vous ?

PLN : Madame, au sein de la famille politique de Joseph Kabila, nous sommes des Républicains c’est-à-dire que nous respectons l’ordre établit, pas plutard qu’hier j’ai suivi le Président Nangaa dire être prêt à organiser les élections ce 23 Décembre. Que ceux qui ont peur des élections arrêtent de multiplier des subterfuges. Lorsque personnellement, je descends sur terrain vers ma base électorale de la circonscription de la Lukunga, demander à la population de soutenir le choix de Joseph Kabila, notre candidat Emmanuelle Ramazani Shadary, je comprends que notre peuple a soif des élections et est ainsi déterminer à reouveller sa confiance au choix de Joseph Kabila « ERS », aux candidats du PPRD et à ceux du FCC.

Q4/Votre avis sur la continuité de la vision de Joseph Kabila, peut-on espérer voir s’améliorer les choses ? Et quel sera l’apport des Jeunes ?

PLN : Madame, Shadary c’est la continuité idéologique de Joseph Kabila, la continuité du projet de société qui a fait ses preuves dans différents domaines de la vie publique, infrastructures, éducation, économie…certes mais dans la rectification car tout n’a pas été rose. Et en tant que Jeune, nous saisissons l’appel du Chef de l’etat à voir s’opèrer en RDC, un renouvellement de la Classe Politique, nous y travaillons et espérons le moment venu apporter notre touche pour améliorer tant soit peu les conditions de vie de nos populations.

Q5/Une délégation des Nations Unies arrivent à Kinshasa, jeudi prochain afin de demander le report des élections, qu’en dites-vous ?

PLN : Madame, la RDC est un Etat Indépendant et Souverain depuis le 30 Juin 1960, nous accepterons de recevoir des avis et conseils mais nous ne subirons aucunement des pressions ou diktas quant aux questions relevant de la Politique Intérieure, le Chef de l’Etat l’a rappellé du haut de la tribune de la 73è Assemblée Générale de l’ONU.

Q6/Pensez-vous aux rétombées au niveau de la Jeunesse ?

PLN : Madame, nous savons que le véritable enjeu est celui lié aux potentialités en sol et en sous-sol de notre cher et beau pays qui a toujours été la base de nos malheurs. Le Président de la République dans sa volonté de vouloir réhabiliter la RDC en International a donné le ton, en prônant d’orenavant des échanges économiques équilibrés et ce en tant que panafricaniste. Il a donc pris rendez-vous avec l’histoire et la postérité se servira de ses options politiques fortes .

Q7/Papy Labila, votre mot de la fin

PLN :. Paraphrasant le Chef de l’Etat « Le peuple en a marre des négociations et des conciliabules, il veut des institutions fortes plutôt que d’hommes forts ». J’invite donc la population congolaise à se préparer à aller renouveler les institutions de la République, le 23 Décembre prochain
J’invite donc les jeunes, électeurs et éligibles de continuer à soutenir le Candidat Ramazani Shadary, et ainsi barrer la route aux fossoyeurs de la Démocratie Congolaise et ce n’est que grâce à cela que nous réecrirons les lettres de noblesse de l’hisotire politique de notre pays.

Petit Ben Bukasa/TIMES.CD

Laisser un commentaire

Input your search keywords and press Enter.