Now Reading:
Droits de l’Homme : Mushobekwa parle des efforts et progrès réalisés en RDC
Full Article 7 minutes read

Droits de l’Homme : Mushobekwa parle des efforts et progrès réalisés en RDC

À l’occasion de la 39e session du Conseil des Nations-Unies aux Droits de l’Homme à Genève, la ministre des Droits Humains Marie-Ange Mushobekwa a, dans son allocution, reconnu : « Il y a encore beaucoup d’efforts à faire dans mon pays pour atteindre un meilleur niveau de protection et de respect des Droits de l’Homme, je voudrais en même temps souligner qu’il y a eu beaucoup de progrès et surtout une bonne volonté affichée pour aller de l’avant dans la protection et la promotion des Droits de l’Homme en République Démocratique du Congo ».

Et elle a poursuivi : « Tout dépend de la manière dont on veut affronter les problèmes et les régler… C’est le principe du verre à moitié vide ou à moitié plein où chacun ne regarde que ce qu’il s’est promis de voir. Certains dans cette salle préfèrent peut-être voir le verre à moitié vide. Moi entant que Ministre des Droits humains de la République Démocratique du Congo, je préfère regarder le verre à moitié plein, tout en ayant conscience que j’ai l’obligation de remplir tout le reste du verre avec de l’eau pure et saine afin de la rendre acceptable à la consommation ».

La République Démocratique du Congo, a-t-elle rappelé, a été encore attaquée dans sa partie Est. Le groupe terroriste ADF-NALU opérant à partir d’un pays voisin, a attaqué la ville de Béni il y a trois jours. Plusieurs dizaines des civils congolais innocents ainsi que quelques éléments des FARDC ont perdu la vie de manière atroce.

Aussi a-t-elle dénoncé et condamné du haut de la tribune c’est qu’elle qualifie de barbarie et partage la douleur des familles des victimes et leur promets que le gouvernement congolais va œuvrer pour que ces crimes ne restent pas impunis. « Les Forces Armées de la République Démocratique du Congo sont à la recherche de ces assaillants jusqu’à présent et donnent le meilleur d’eux pour continuer à protéger les populations locales », a-t-elle fait savoir.

Le gouvernement de la République Démocratique du Congo, a-t-elle souligné, fait le maximum pour mettre fin à cette situation. « L’armée est engagée sur tous les fronts pour désarmer les groupes armés et milices. Mais ce n’est pas facile dans la mesure où ces groupes opèrent souvent dans les villages et territoires peuplés par des civils ».

Marie-Ange Mushobekwa a relevé au sujet des conflits inter-communautaires ceci :

« Toutes les enquêtes que nous avons menées avec le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme témoignent que ces conflits sont souvent entretenus par certains acteurs politiques, toutes tendances confondues, qui véhiculent des discours basés sur la haine tribale, ethnique et parfois religieuse. Et ce, pour des intérêts purement politiciens ».

« C’est pourquoi le gouvernement de la République Démocratique du Congo, au-delà de la lutte contre l’impunité, tient à améliorer la situation des Droits de l’Homme dans une jeune démocratie comme la nôtre, en poursuivant la sensibilisation afin d’inculquer les notions des Droits de l’Homme à tous les acteurs politiques, toutes tendances confondues, opposition comme majorité ; à une bonne partie de la Société civile et bien sûr à l’armée et la police nationale », a-t-elle fait part.

Et d’annoncer : « Le gouvernement de la République Démocratique du Congo a décidé d’intégrer le cours des droits humains dès la première année de formation des militaires et des policiers recrus ; c’est un progrès ».

D’après elle, le gouvernement a également décidé d’assainir la magistrature en révoquant tous les magistrats indignes et corrompus, afin de la rendre un peu plus crédible. Le Conseil Supérieur de la Magistrature sanctionne désormais tous les magistrats qui abusent de leur position pour maltraiter la population ; c’est un progrès.

« Les départements de la Police et de l’Armée chargés de la protection des Droits de l’Homme travaillent en étroite collaboration avec le ministère des Droits humains pour traquer les policiers et militaires auteurs des violations des droits de l’Homme afin de déférer ces derniers devant les juridictions compétentes ; c’est un progrès même si ça reste le plus grand défi à relever pour nous », a-t-elle assuré .

Assassinat de deux experts de l’ONU

Par la même occasion, Marie-Ange Mushobekwa a fait savoir que le procès sur l’assassinat des deux experts des Nations unies Michael Sharp et Zaida Catalan dans le Kasaï se poursuit à Kinshasa. A ce jour, a-t-elle indiqué, ce procès a déjà connu plus de cinquante audiences dont l’issue permettra certainement la manifestation de la vérité et la condamnation des leurs assassins.

À propos des atrocités commises par le groupe terroriste Kamuina Nsapu, a-t-elle renseigné, les procès se poursuivent à Kananga, dans la Province du Kasai Central. « L’Auditorat militaire a ouvert vingt-six dossiers judiciaires dont sept sont déjà fixés devant le Tribunal militaire. Dans le même dossier, à Tshikapa, dans la province du Kasai, quatre dossiers judiciaires sont en cours d’instruction devant le Tribunal de Garnison. C’est un progrès », a dit Marie-Ange Mushobekwa.

Processus électoral

À en croire la numéro un des Droits Humains de la RDC, le processus électoral se poursuit normalement. « Je vous assure pour la énième fois que les élections présidentielles, législatives nationales et provinciales auront bel et bien lieu le 23 décembre prochain, même si certains pays qui les réclamaient haut et fort dans toutes les tribunes internationales n’en veulent plus aujourd’hui et sont en train de se préparer pour les saboter », a-t-elle clamé.

Et de continuer : « Ces élections seront libres, crédibles, transparentes et surtout sans aucune interférence étrangère. Nous rappelons donc à tous ces pays qui fantasment sur une transition organisée et préparée depuis leurs capitales que la République Démocratique du Congo appartient aux Congolais depuis le 30 juin 1960 ».

« Il ne nous reste donc que trois mois, trois bons mois, pour aller aux élections afin de permettre au peuple congolais de se choisir seul ses futurs dirigeants. Le peuple congolais sera seul devant les urnes et face à son destin sans qu’une main obscure ne vienne lui dire qui est le plus beau ou le plus fort ; c’est un progrès », a-t-elle laissé entendre.

Ouverture de l’espace politique

« La levée de l’interdiction des manifestations publiques est effective depuis trois mois pour tous les partis politiques de l’opposition comme ceux de la majorité », a rassuré la ministre des Droits humains. Elle a, à cet effet, mentionné pour preuve le retour de l’opposant Jean-Pierre Bemba à Kinshasa qui n’a occasionné aucun dégât. « Le meeting de l’opposant Félix Tshisekedi en juin dernier à Kinshasa s’est déroulé dans le calme, et bientôt, le 29 septembre prochain, toute l’opposition réunie voudrait tenir un meeting commun à Kinshasa, et cela ne posera aucun problème pour le gouvernement ; c’est aussi un progrès », a-t-ajouté.

Et de souligner : « Le plus grand progrès est que pour la première fois de son histoire, la République Démocratique du Congo connaîtra une passation de pouvoir pacifique et démocratique. Qu’on le veuille ou non, qu’on l’aime ou pas, l’histoire retiendra que Joseph Kabila, en 2006, avait permis pour la toute première fois l’organisation des premières élections libres, démocratiques et transparentes en République Démocratique du Congo ».

« À 47 ans, après deux mandats constitutionnellement autorisés, Joseph Kabila a permis l’instauration d’une gouvernance démocratique dans son pays après cinquante-huit ans d’indépendance. Certains vont peut-être murmurer qu’il n’a fait que respecter la Constitution de son pays, mais nous savons tous ici, qu’il est parmi les rares, si pas le seul, à l’avoir fait dans les jeunes démocraties du monde. Il mérite donc respect et encouragements. Et l’histoire retiendra ! », a-t-elle fait remarquer.

Avant de tenir son discours, la ministre Mishobekwa a félicité Michelle Bachelet pour sa récente nomination en tant que Haut commissaire des Nations-Unies aux Droits de l’Homme.

Clément Muamba Mulembue/TIMES.CD

Laisser un commentaire

Input your search keywords and press Enter.