Actualité

Tennis : des entraîneurs Kinois et Brazzavillois en formation à Kinshasa

Sous le haut patronage du ministre des Sports et Loisirs, la fédération congolaise de Lawn Tennis (Fecodelat) organise du 03 au 14 septembre un stage de formation d’entraîneurs de tennis niveau 1 à l’hôtel Emilton dans la commune de Lingwala. Cette session, apprend-on, va réunir des entraîneurs de la RDC et ceux du Congo Brazzaville.

Elle sera dispensée par deux experts de la Fédération International de Tennis, le Rwandais Thierry Ntwali et le Gabonais Michel Rissani. L’ouverture des assises a eu lieu ce lundi 03 septembre sur le lieu de la formation au cours d’une cérémonie officielle.

Empêché, le ministre des Sports et loisirs, Me Papy Niango, a été représenté par le secrétaire aux Sports, Barthélémy Okito, qui dans son mot a promis le soutient financier du gouvernement pour permettre l’avancement de cette discipline. « Le ministre des Sports tenait être là parce que le tennis congolais donne une très bonne image en dehors du pays, malheureusement il est empêché… », a-t-il justifié. Et de continuer : « Dans une discipline sportive, ce qui est essentiel, c’est la formation. Il y a toujours des choses qui changent du jour au jour et nous devons toujours nous mettre au même diapason que le niveau international. Sinon, nous allons reculer et rester statiques, sans résultat aussi. Les moyens seront toujours mis à la disposition de la Fédération de manière que cette discipline continue à progresser…. », conclut-il.

Pour sa part, le président de la Fédération congolaise de Lawn Tennis, Emile Ngoy Kasongo, a remercié le gouvernement à travers le ministère des Sports et loisirs et expliqué l’importance de cette formation :
« C’est l’occasion d’exprimer notre immense reconnaissance à notre dynamique et entreprenant ministre des Sports et loisirs sous la tutelle de qui le tennis congolais renaît chaque jour davantage. Grâce à ses initiatives louables, à travers le sport en général et du tennis en particulier, les choses bougent… ».

Le dernier stage des entraîneurs en RDC, rappelle Emile Bongeli, remonte en 2003. En 15 ans, le tennis a beaucoup évolué dans ses règles et techniques. Nous mesurons ensemble la longueur et la hauteur du chemin que nous devons rattraper. Sur ce, nous remercions la fédération internationale du tennis et en particulier M. Thierry Ntwali, responsable de développement de la Fédération internationale et de l’Afrique de l’ouest. Lors de son dernier séjour à Kinshasa, il a répondu favorablement à notre initiative et à formuler l’idée d’élargir la formation des entraîneurs au-delà de la rive du fleuve Congo ». a-t-il conclu.

Jolga Luvundisakio/TIMES.CD

Click to comment

Laisser un commentaire

Most Popular

To Top