Now Reading:
RDC: le gouvernement menace d’écarter les candidats à double nationalité
Full Article 3 minutes read

RDC: le gouvernement menace d’écarter les candidats à double nationalité

Le gouvernement de la République démocratique du Congo, par le biais du portefeuille de la Justice et du garde des sceaux, promet de déchoir tout détenteur de la double nationalité de son mandat. Il promet même de poursuites judiciaires contre ces personnes.

Il l’a fait savoir dans une correspondance du mercredi 15 août 2018 adressée au procureur général près la Cour de cassation.

D’ores et déjà, a-t-il souligné, à l’instar du Chef de l’État Joseph Kabila Kabange qui a respecté la constitution en ne se représentant pas comme candidat à la magistrature suprême pour les élections du 23 décembre 2018 prochain, tous les acteurs politiques sont tenus de se soumettre aussi bien à la constitution qu’aux lois de la République.

Dans le même ordre d’idée, il a ajouté que les services compétents ont déjà fait parvenir à la Commission électorale nationale indépendante, pour dispositions utiles, la liste des personnes détenant la nationalité étrangère.

Et de poursuivre: il est fort possible que cette liste ne soit pas exhaustive et que certaines personnes détenant la nationalité étrangère parviennent à faire valider leur candidatures et même à se faire élire.  » Vous recevrez sans doute dans cette dernière hypothèse, les cas de dénonciation de la part des candidats malheureux » a-t-il appuyé.

À en croire ledit document, il appartiendra au PGR chaque fois qu’il en sera informé de réunir les preuves et d’ouvrir des poursuites contre toute personne qui, au mépris de la loi, aura déposé sa candidature et se sera faire élire.

« J’aimerai aussi vous faire noter que les services compétents continuent à faire les investigations qui pourront relever d’autres cas relatifs aux candidatures des personnes étrangères », a conclu le garde des sceaux dans sa correspondance.

Convient-il de rappeler que conformément à la constitution, la nationalité congolaise est une et exclusive. Elle ne peut être détenue concurrement avec une autre mais aussi cette problématique divise l’environnement politique congolais ces dernières années.

Bien avant après les révélations de Jeune Afrique, le gouvernement a ouvert via le parquet une enquête pour usurpation de la nationalité congolaise à l’encontre de l’ex gouverneur de l’ex province du Katanga, Moïse Katumbi Chapwe, accusé de détenir la nationalité italienne.

De son côté, L’opposition crie à l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques pour écarter les opposants à la course présidentielle.

Clément Muamba Mulembue/TIMES.CD

Laisser un commentaire

Input your search keywords and press Enter.