Now Reading:
Dauphin: réactions des diplomates et acteurs politiques sur le choix de Shadary
Full Article 4 minutes read

Dauphin: réactions des diplomates et acteurs politiques sur le choix de Shadary

Moins de 24 heures après la désignation du candidat du Front Commun du Congo( FCC) à la succession du président de la République, Joseph Kabila, et le dépôt de sa candidature à la CENI, une explosion de réactions a fusé sur les réseaux sociaux et dans les médias internationaux sur ce choix.

La toute première réaction est de l’opposant Félix Tshisekedi Tshilombo, président de l’UDPS, qui a estimé que c’est une victoire du peuple congolais. Dans son compte twitter, on peut lire ces quelques lignes: « C’est un pas dans la bonne direction, mais le plus important est à venir. La décrispation, les élections libres et crédibles pour une alternance pacifique, restent les prochains objectifs. Merci aux pays de la région, merci à la communauté internationale, merci au peuple congolais ».

Même réaction du côté de la plateforme  » Ensemble pour le changement », soutenant la candidature de Moïse Katumbi. Claudel André Lubaya, l’un des ténors de cette plateforme, attribue cette victoire au peuple congolais et a rendu hommage aux martyrs qui ont payé de leurs vies en s’opposant à un 3ème mandat pour le président Kabila. Il ajoute que le combat pour des élections crédibles, apaisées et inclusives demeure.

Le Mouvement de Libération du Congo(MLC) de J.P Bemba a , par le canal de sa secrétaire générale nationale, salué le courage de J. Kabila de se choisir un dauphin et demande au Chef de l’État sortant de libérer les institutions publiques et de décrisper l’espace politique.

Le comité laïc de coordination n’était pas du reste, cette composante de l’église catholique qui a tant organisé des marches pour demander le respect de la Constitution et de l’accord de la Saint Sylvestre, continuait d’ailleurs à faire la pression sur le pouvoir en projetant même les autres en ce mois d’août. Léonnie Kandolo, membre de ce comité pense que c’est une petite partie de la victoire, et promet toujours une forte pression pour la garantie des élections transparentes et inclusives.

Pour sa part, Jean Baudouin Mayo, secrétaire général de l’Union pour la Nation Congolaise( UNC), a fait savoir que le candidat de l’opposition va battre Ramazani Shadary qui  » assume le passif d’une gestion désastreuse du pays durant 17 ans ».

La France, les États-Unis et la Belgique réagissent

La France se félicite de la non-candidature du président congolais. Des sources diplomatiques ont salué une décision assez courageuse du président Kabila de ne pas se représenter.  » La France va ainsi continuer d’appuyer les initiatives régionales, car beaucoup de questions restent encore en suspens, comme la validation des candidatures et le respect du calendrier électoral », a-t-on déclaré.

Quant à la Belgique, son ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, a indiqué mercredi « prendre acte » de la désignation par le président congolais Joseph Kabila d’un dauphin, Emmanuel Ramazani Shadary, qui sera le candidat du pouvoir en place à l’élection présidentielle du 23 décembre en République démocratique du Congo (RDC). Il a toutefois appelé les responsables congolais à s’engager en faveur de l’organisation des différents scrutins prévus à cette date (présidentiel, législatif et provinciaux) dans un climat « apaisé » et « inclusif » afin que les résultats soient « crédibles ».

Les États-Unis, par le truchement de la diplomate Nikki Halley, ont aussi salué cette désignation et continuent à plaider pour la décrispation de l’espace politique. Ils ont appelé tous les acteurs politiques congolais à oeuvrer pour un processus électoral apaisé.

Petit-Ben Bukasa/TIMES.CD

Laisser un commentaire

Input your search keywords and press Enter.