Now Reading:
JAJA 2018 : Papy Niango récadre le secrétaire du COC
Full Article 3 minutes read

JAJA 2018 : Papy Niango récadre le secrétaire du COC

Ministre des Sports, Papy Niango a été « accusé » d’avoir signé en retard l’ordre de mission des athlètes congolais pour les Jeux africains de la jeunesse (JAJA) organisés du 18 au 28 juillet 2018 à Alger.

La RDC y a glané 12 médailles dont deux en or, mais avec des disqualifications en cascade des quelques disciplines sportives. Car certains compétiteurs congolais sont arrivés en retard sur lieu de la compétition, tels les footballeurs, les judokas, les rugbymen, etc.

Se justifiant, le ministre des Sports a plutôt stigmatisé les démarches entreprises par le secrétaire général du Comité olympique congolais (COC), Herman Mbonyo.

En violation des règles, le secrétaire général a cru bien faire en adressant aux autorités gouvernementales, en lieu et place du président du COC ou de ses adjoints pourtant présents à Kinshasa, une lettre portant transmission de la liste des athlètes présélectionnés pour les Jeux d’Alger et de Buenos aires, a indiqué Papy Niango.

Cette correspondance datée du 4 juin 2018 -et dont le président du COC n’aurait jamais eu connaissance- a été à l’origine du retard dans l’établissement des ordres de mission officiels et l’octroi des passeports de service.

« Un secrétaire général d’une fédération ne peut jamais écrire une lettre au ministre. C’est ça le principe de gestion », a expliqué, le ministre des sports. Et d’ajouter : « Le secrétaire général n’a pas cette qualité de saisir l’autorité ministérielle. L’escroquerie, c’est du vol. Même le président de fédération ne peut pas saisir l’État de sa propre signature. C’est de l’anarchie ».

« Dans quel rêve le secrétaire général peut écrire au ministre. Lui n’écrit que dans le corps, communiqué etc… Si on ne connait pas les règles, on ne dirige pas », a vigoureusement réagi Papy Niango.

« J’ai rêvé offrir au mouvement sportif la meilleure de prestation aux Jeux africains. Mais le mal est que, l’intérêt du sports n’existe pas dans les coeurs de nos dirigeants. Au départ, le budget de ces Jeux africains était de 2.000.300 $, de la détection des athlètes, formation et participation. Mais à la fin, ils n’ont pas eu cet argent. Pourquoi ? C’est de leur faute », a-t-il expliqué.

« Mon souhait était, dès que ces enfants terminent les examens, qu’ils aient directement au Maroc. Mais il y a eu du désordre », a-t-il conclu.

Jolga Luvundisakio/TIMES.CD

Laisser un commentaire

Input your search keywords and press Enter.