Now Reading:
Sud-Kivu : l’affectation du général-major Muhindo suscite des réactions
Full Article 3 minutes read

Sud-Kivu : l’affectation du général-major Muhindo suscite des réactions

Dans le cadre de la réforme de l’armée et de l’efficacité de sa mission régalienne, des nominations et de nouvelles affectations ont été opérées au sein des  Forces armées de la RDC (FARDC). Contre toute attente, quelques jeunes de mouvements dits citoyens ont signé un document pour contester l’affectation de certains généraux dont le général-major Muhindo  Akili Mundos, nommé à  la tête de la Région militaire du Sud-Kivu.

Et les raisons qu’avancent ces jeunes ne s’avèrent pas convaincantes, a réagi Jean-Marie Musubao, un notable du territoire de Beni dans la province voisine du Nord-Kivu. « On se rend compte que ces jeunes ne maîtrisent pas la RD-Congo et ne suivent même pas le déroulement de l’histoire de ce pays qu’ils prétendent défendre.

Ce notable de Beni a soutenu mordicus, contrairement aux allégations de ces mouvements citoyens, que le général-major Muhindo Akili Mundos n’a jamais été sur le théâtre des opérations au Kasaï au moment où se déroulaient les tristes événements. « Il était en ce moment-là auditeur de la deuxième promotion au Collège des Hautes Études de Stratégie et Défense (CHESD) », a-t-il affirmé.

A propos des massacres de Beni, a rappelé Jean-Marie Musubao, le général-major Muhindo avait cédé le commandement des opérations Sukola I au général Mbangu Marcel  le 5 juin 2015. Depuis son départ trois ans auparavant, les massacres ont de plus en plus été perpétrés, jusque dans la  ville de Beni. Et ce, au grand dam des forces de la Monusco qui ont du reste perdu 15 Tanzaniens de leur Brigade d’intervention le 7 décembre 2017 dans une attaque des présumés rebelles ougandais ADF.

« En signant ce communiqué, ces jeunes gens des mouvements dits citoyens veulent se faire de petits héros et être interpellés par la Justice, parce que leur communiqué relève bien de la diffamation, de l’incitation à la haine et de l’appel à la rébellion. Que les autorités du pays ne leur donnent pas cette occasion, et qu’elles considèrent que leur acte procède de l’ignorance », a plaidé Jean-Marie Musubao.

Et il a déploré que ledit communiqué ait été repris par Sonia Rolley de Radio France Internationale sur son compte twitter juste afin d’en donner plus d’ampleur pour rien.

Ce notable s’est souvenu du passage mémorable à Béni de Mundos qui fut le commandant du secteur opérationnel Sukola I. Ensuite, il a été affecté à Mambasa comme commandant de la 31e Brigade de Défense Principale. Aujourd’hui, il est affecté comme commandant Région militaire. Et il a précisé : « Ce sont deux fonctions différentes dans la structuration actuelle des FARDC ».

« Il est regrettable de constater que des jeunes gens soient manipulés par des étrangers qui ignorent le fonctionnement de l’armée congolaise mais qui sont passionnés de la détruire. Les jeunes compatriotes, qui se livrent ainsi à diaboliser leurs propres officiers pour détruire leur propre armée, trahissent par pareil acte leur pays. Ils doivent se ressaisir », a conseillé Jean-Marie Musubao.

Et l’entourage du général de s’offusquer : « On ne doit pas non plus continuer à abuser de la patience et du silence du général-major Muhindo ».

Martin E/TIMES.CD

Laisser un commentaire

Input your search keywords and press Enter.