Now Reading:
Politique et Religion : Tshibala préfère une « église apolitique… »
Full Article 3 minutes read

Politique et Religion : Tshibala préfère une « église apolitique… »

C’est ce que l’on peut retenir de la dernière interview exclusive accordée par le premier ministre congolais à notre consoeur VOA Afrique le samedi 21 juillet 2018,. Bruno Tshibala est revenu ente autres sur les grands sujets qui sur l’implication de l’eglise catholique congolaise dans la politique en RDC. Tout en reconnaissant le rôle que celle-ci a toujours joué dans le pays dans la lutte pour la paix et la justice, le Premier
ministre congolais dit préférer une église apolitique, au service de l’évangélisation, et non une église qui essaie de créer « des mouvements que lui qualifie de subversifs pour voir noir là où il y’a du blanc ou voir du rouge là où il y’a du vert ».

Pour Bruno Tshibala, ce n’est pas le rôle l’Eglise.

Raison principale de ce saut d’humeurs, la dernière déclaration faite le samedi 7 juillet 2018, par les membres du Comité Laïc de Coordination( CLC) dans laquelle ceux-ci ont réitéré leur mise en garde et à la fois un ultimatum au président Joseph Kabila et un nouvel appel à la mobilisation du peuple congolais.

Dans le document, le CLC dresse un constat de carences actuelles dans le processus démocratique, de la non-application de l’Accord de la Saint-Sylvestre, à la détermination du pouvoir en place d’imposer une machine à voter, en passant par l’instrumentaisation de la justice ou le bradage des biens de l’Etat.

Aussi, s’interroge-t-il, sur les véritables intentions de Joseph Kabila. À cet effet, son message est clair: « oui à un vrai scrutin le 23 décembre, non à la participation de Joseph Kabila ».

Et de prévenir: « si Kabila Joseph refuse de respecter la constitution, nous allons appeler le peuple congolais, dès le dépôt officiel de sa candidature, à ne plus le reconnaître comme chef de l’Etat légitime. Et appelle la communauté internationale à en faire autant.

Le CLC appelle tous les Congolais à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, à faire du mois d’août un mois d’actions pour obtenir la démission du président de la République et de son gouvernement. Des sit-in à la grève, aux marches pacifiques, annonce-t-on, toutes les actions seront entreprises.

Aussi, affiche-t-il, même un calendrier précis avec des journées de mobilisations générales les 12, 13 et 14 août. Le CLC, proche de l’église catholique a déjà démontré qu’il pouvait mobiliser des centaines de milliers, voire des millions de personnes pour réclamer des élections libres, crédibles, transparentes, inclusives conformément à l’accord de la saint sylvestre.

Clément Muamba Mulembue/TIMES.CD

Laisser un commentaire

Input your search keywords and press Enter.