Now Reading:
Electeurs sans empreintes digitales: Nangaa dénonce une récupération politique
Full Article 4 minutes read

Electeurs sans empreintes digitales: Nangaa dénonce une récupération politique

Corneille Nangaa, le président de la Commission nationale électorale indépendante( CENI) a, au cours de son intervention aux travaux de la tripartite ce mercredi 11 juillet 2018, estimé que la question des 16,6% d’électeurs enrôlés sans empreintes digitales procède d’une récupération politique contre les termes même du rapport final de l’audit du fichier électoral par l’OIF.

À l’en croire, cette disposition a été introduite dans les mesures d’application de la loi d’identification et d’enrôlement des électeurs dans le souci d’inclusivité pour permettre aux électeurs sans mains, avec doigts amputés ou blessés ou encore avec des empreintes illisibles de s’enrôler.

Par conséquent, pour la CENI, ces enrôlés sans empreintes digitales ne peuvent faire l’objet d’aucune radiation dans le fichier électoral. Car ils ont été préalablement identifiés sur base des pièces d’identité probantes et des photographies consignées dans la base des données. Ceci en conformité avec la loi n°04/028 du 24 décembre 2004 portant identification et enrôlement des électeurs telle que modifiée et complétée par la loi n°016/007 du 29 juin 2016.

« Donner suite à la demande de ceux qui plaident pour leur radiation, constituerait une violation flagrante des dispositions légales et réglementaires des textes sus invoqués qui ont bel et bien prévu la possibilité de l’inscription sans empreinte de certains électeurs », a prévenu le patron de la Centrale électorale.

Par ailleurs, il a également échangé avec les participants à ces travaux de la tripartite sur les assignations recommandées à la CENI dans le chapitre IV de l’accord de la Saint Sylvestre.

Le président de la CENI a démontré, dans son allocution, les avancées déjà réalisées dans le processus électoral. Mais aussi, a-t-il fait également des mises au point sur les problèmes que soulèvent certains acteurs politiques dans le fichier électoral et la machine à voter.

Il justifie le recours à la machine à voter par le fait qu’elle va faciliter l’organisation de trois scrutins en une seule séquence, tel que prévu dans l’accord de la Saint Sylvestre.

Toujours en rapport avec la machine à voter, Corneille Nangaa s’est refusé toute polémique: « Il est bon de dire qu’il n’y a pas consensus sur la machine à voter, parce que tel a dit à la radio ou à la télévision que je suis contre. Mais avez-vous tenu aussi compte de la majorité silencieuse qui ne passe pas à la radio ni à la télévision ? Et qui a évalué pour dire que c’est la majorité qui est contre. Avez-vous fait un référendum là-dessus? Non. Qu’on arrête de politiser cette question », a déclaré le numéro Un de la CENI.

Ainsi, a-t-il suggéré d’aller à l’essentiel, où repose les attentes du peuple congolais.

« Qu’on avance en tenant compte que ce qui est important pour le peuple congolais. C’est le 23 décembre. Allez voter pour avoir des nouveaux dirigeants », a-t-il ajouté.

Par la même occasion, le président de la CENI a laissé entendre que l’église catholique s’apprêtait à déverser un nombre important d’observateurs pour les prochains scrutins.

« Nous sommes en train de travailler avec l’église catholique. Elle se prépare à déployer pas moins de 30.000 observateurs », a révélé Corneille Nangaa, avant d’appuyer que ce sont là, des éléments qui vont crédibiliser les élections.

Et d’affirmer: la crédibilité du processus électoral ne proviendra pas de la présence du président de la CENI ou des acteurs politiques, mais plutôt de la présence des témoins ainsi que des observateurs dans chaque bureau de vote.

Profitant de l’occasion, le numéro un de la CENI, Corneille Nangaa a recommandé aux partis politiques impliqués dans ce processus électoral de former leurs témoins et les déployer au moment opportun. Mais aussi, invite-t-il dans la foulée les organisations de la société civile, à assurer l’observation nationale.

Il conclut son speech en appelant en substance à la bonne foi de toutes les parties prenantes pour poursuivre ensemble le chemin qui conduira à l’organisation des élections libres, démocratiques et transparentes que notre peuple attend de tous ses voeux.

Clément Muamba Mulembue/TIMES.CD

Laisser un commentaire

Input your search keywords and press Enter.