Now Reading:
Ouverture de l’information judiciaire contre Katumbi: l’ACAJ dénonce l’action sélective du PGR
Full Article 4 minutes read

Ouverture de l’information judiciaire contre Katumbi: l’ACAJ dénonce l’action sélective du PGR

L’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ) a pris connaissance du communiqué officiel du Cabinet du Parquet Général de la République informant le public de l’ouverture d’une information judiciaire à charge de Moïse KATUMBI à la suite de « son interpellation » à l’aéroport de Zaventem à Bruxelles pour l’utilisation du passeport semi-biométrique.

Le Procureur Général dit fonder son action sur les informations relayées par « la presse internationale et qu’il va enquêter.

L’ACAJ constate qu’il s’agit d’un quatrième dossier judiciaire qui s’ajoute à trois autres qui existent déjà contre Moîse Katumbi, à caractère politique, en vue de l’écarter de l’élection présidentielle. Ces dossiers sont montés de toutes pièces pour sanctionner son départ de la Majorité présidentielle et sa décision de se présenter à l’élection présidentielle du 23 décembre 2018. L’action du Procureur Général porte gravement atteinte à l’Accord politique global de la Saint-Sylvestre et à la Résolution 2409 du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui visent pourtant le retour de la paix durable en RDC.

L’ACAJ dénonce cet énième instrumentalisation de la justice à des fins politiciennes qui porte gravement atteinte à l’indépendance de la justice. La justice doit protéger les droits et libertés fondamentaux de citoyens, promouvoir, appuyer la démocratie et la consolidation de la paix durable en RDC. Lorsque la justice se mêle de la politique ou se fait instrumentaliser à des fins politiques, comme dans le cas d’espèce, elle déstabilise la concorde nationale.

L’ACAJ condamne l’action sélective et déstabilisatrice du Parquet Général de la république qui du reste, ne s’est jamais préoccupé des informations graves relayées par la même presse internationale et impliquant certaines personnalités politiques dans les dossiers notamment Panama papers pour blanchiment des capitaux, des détournements des fonds publics destinés à la CENI et la Gécamines logés à la BGFI Bank; de la corruption ayant entouré le contrat léonin des passeports biométriques au Ministère des affaires étrangères; et de détournement des 250 millions des dollars américains dans le cadre du projet agropastoral de Bukanga Lonzo,

S’agissant de l’action réelle de la Justice en RDC, le Conseiller spécial du Président de la République en matière de lutte contre la corruption et blanchiment des capitaux ne s’était-il pas interrogé en ces termes : « En RDC, il n’y a pas de personnes en prison pour corruption. Le grand paradoxe est que nous avons un budget de 5 milliards alors que la corruption est évaluée à plus de 15 milliards l’année ! ».

L’ACAJ demande vivement au Procureur Général de la République d’abandonner les poursuites contre Moïse Katumbi ainsi que sa politique des poursuites qui ne cible que des opposants politiques, des membres de la société civile et des mouvements citoyens et assure l’impunité aux corrupteurs, détourneurs des deniers publics, pilleurs des ressources naturelles et du patrimoine public et aux violateurs des graves violations des droits de l’homme.

L’ACAJ demande au Procureur Général de la République, de respecter la constitution, le volet des mesures de description politique de l’Accord politique global de la Saint-sylvestre et la Résolution 2409 du Conseil de Sécurité des Nations Unies.

L’ACAJ se réserve le droit d’initier une pétition à l’échelle nationale en vue d’obtenir soit la démission du Procureur Général de la République, actuellement Procureur Général près la Cour de Cassation, soit le relèvement de ses fonctions au cas où il ne respecterait plus la Constitution, l’Accord global politique de la saint-Sylvestre et la Résolution 2409 du Conseil de Sécurité des Nations Unies.

TIMES.CD

Laisser un commentaire

Input your search keywords and press Enter.