Now Reading:
Fibre optique : Le Congo Brazzaville s’active pour l’interconnexion avec le Cameroun et la RCA
Full Article 4 minutes read

Fibre optique : Le Congo Brazzaville s’active pour l’interconnexion avec le Cameroun et la RCA

Le Congo Brazzaville a récemment publié deux appels d’offres internationaux de construction des infrastructures pour la fibre optique, en vue de permettre son interconnexion au Cameroun et à la Centrafrique. L’information a été livre, le mercredi 13 juin 2018 au cours d’un point de presse animée à Brazzaville, par le ministre en charge des Postes, des Télécommunications et de l’Économie numérique, Léon Juste Ibombo.

« Aujourd’hui, nous sommes heureux d’annoncer le lancement du processus de construction des interconnexions entre le Congo et le Cameroun d’une part, et le Congo et la République Centrafricaine d’autre part ». C’est en ces termes que le ministre Léon Juste Ibombo s’est confié à la presse par rapport à la mise en œuvre de la deuxième phase du projet Central African Backbone (CAB).

Et il a donné des précisions sur les deux appels d’offres internationaux relatifs à la construction de ces deux réseaux. Le premier réseau à construire assurera l’interconnexion du Congo au Cameroun, tandis que le second l’interconnectera à la République Centrafricaine.

Selon Léon Juste Ibombo, le premier appel d’offres comporte deux lots et concerne les travaux de génie civil de la construction d’un réseau terrestre en fibre optique entre le Congo et le Cameroun, et les travaux de génie civil de la construction d’un réseau sous-fluvial (dans la Sangha)en fibre optique entre le Congo et la RCA. Le deuxième appel comporte un seul lot relatif aux équipements actifs qui seront installés dans ces deux réseaux.

En fait, il s’agit de trois lots distincts. Le premier porte sur la réalisation des travaux de génie civil, de fourniture et de pose terrestre de la fibre optique, ainsi que de construction des sites techniques sur l’axe Ouesso-Sembé-Souanké-Ntam (frontière du Cameroun). À propos du deuxième lot, la société adjudicataire se chargera de réaliser les travaux de génie civil, de fourniture, de pose sous-fluviale de la fibre optique et de construction des sites techniques sur l’axe Pokola-Ouesso-Kobo-Bomassa-Bayanga-Salo (République Centrafricaine).

Le délai d’exécution des travaux est de huit mois pour le lot n°1 et sept mois, pour le deuxième lot. Conformément aux termes de références de ces deux appels d’offres publiés dans la presse congolaise et étrangère, ainsi que sur les sites internet de la Banque Africaine de Développement (BAD) et du Ministère des Postes, des Télécommunications et de l’Economie Numérique, les dates limites de soumission des offres ont été fixées respectivement au 10 août 2018 pour les lots 1 et 2 et au 6 août 2018 pour le lot 3.

Le tout se fera dans le respect strict des procédures de passation des marchés de la Banque Africaine de Développement, a mentionné le ministre Léon Juste Ibombo. Ainsi, aux jours sus-indiqués, les plis contenant les offres seront ouverts en séance publique, en présence des représentants de tous les soumissionnaires. Le montant des propositions financières sera dument noté.

Les jours suivants, une Commission d’évaluation composée de représentants du Ministère des Postes, des Télécommunications et de l’Economie Numérique qui est le bénéficiaire de l’activité et de professionnels venant à la fois des sphères publique et privée dont la compétence et l’expérience sont reconnues examineront dans leurs moindres détails les différentes soumissions, afin de ne retenir que les offres dont les caractéristiques techniques correspondent aux spécifications demandées.

« Concernant les trois lots précités, c’est le soumissionnaire le moins disant qui sera retenu », a déduit le ministre congolais des Postes, des télécommunications et de l’Économie numérique. Autant dire qu’après avoir achevé la première phase, qui a consisté en l’interconnexion du Congo au Gabon à travers une infrastructure large -bande déployée entre Pointe Noire et la frontière gabonaise via Mbinda-, le projet CAB, avec l’appui de la BAD, met le cap sur l’interconnexion physique avec le Cameroun et la RCA.

A l’évidence, le ministère des Postes, des télécommunications et de l’Économie numérique, par ce projet CAB composante (qui, en assure ces interconnexions) s’emploie à traduire dans les faits la volonté exprimée, le 25 avril 2007 à Ndjamena au Tchad, lors de la conférence des Chefs d’États de la Communauté économique et monétaire des États d’Afrique centrale (CEMAC). Ceux-ci s’étaient convenus d’accélérer l’intégration de la sous-région par la Société de l’information et de la communication et de réduire la fracture numérique dans la sous-région.

 

Achille Schilains, TIMES.CD/correspondant à Brazzaville

Laisser un commentaire

Input your search keywords and press Enter.