Actualité

Congo/Brazza: 13 présumés délinquants fauniques dans l’attente d’une décision de justice ce jeudi

Les audiences attendues pour ce jeudi 17 mai 2018, portent sur la criminalité faunique, soit deux au Tribunal de Grande Instance de Ouesso dans le Département de la Sangha et deux à la Cour d’Appel de Dolisie dans le Niari.

Sept présumés délinquants fauniques, seront fixés sur leur sort à l’issue des audiences de Ouesso. Cinq à savoir : LOUKAHOU TSIMBA Josué, BIAMBI Fils Alias MOZALISI, MAKAYA Murielle, MBOUMBOUO KABIROU Mohamed et ELENGA Asco, avaient été arrêtés le 29 janvier 2018, en flagrant délit de détention et circulation illégales, tentative de commercialisation de 15 pointes d’ivoire, représentant huit (8) éléphants massacrés.

Deux autres : TONGA Yvon et MOUNGAMBO Anicet, interpellés le 26 février 2018, détenaient quatre pointes d’ivoire, représentant deux éléphants tués (une femelle et son éléphanteau).

De nationalité congolaise, ces présumés délinquants fauniques seraient des habitués du commerce illégale des produits de la faune. Ils sont tous poursuivis par le Tribunal de Grande Instance de Ouesso pour ces faits. Les verdicts sont attendus pour ce 17 mai 2O18.

Au niveau de la Cour d’appel de Dolisie, deux audiences pour réquisitions et plaidoiries sont également prévues pour le 17 mai 2018. Une concerne deux individus, poursuivis pour détention, transit, circulation et tentative de commercialisation de huit pointes d’ivoire.

GOMA LUNGHANU et MAVOUNGOU Bernes avaient été arrêtés en flagrant délit, le 29 août 2017 à Dolisie.

La seconde affaire à la Cour d’Appel de Dolisie est relative aux prévenus LIKIBI Gotrand Luther, NZAOU Cédric, MOUSSONDA Jeanne et KOMBO BAKALA Prince. Les infractions
qui leurs sont reprochées sont l’abattage d’une espèce animale intégralement protégée (Panthère), la détention et la circulation illégales ainsi que la tentative de commercialisation des trophées de ladite espèce (deux peaux de panthère).

Les arrestations de ces présumés délinquants fauniques ont été les œuvres des agents des Directions Départementales des Eaux-et-Forêts (Sangha et Niari) et de la Gendarmerie nationale avec l’appui du PALF (Projet d’Appui à l’Application de la Loi sur la Faune sauvage). Ces prévenus encourent des peines allant jusqu’à cinq (5) ans d’emprisonnement ferme selon les textes réglementant ce secteur. L’article 27 de la loi 37/2008, du 28 novembre 2008 sur la faune et les aires protégées stipule : « l’importation ; l’exportation ; la détention et le transit sur le territoire national des espèces intégralement protégées ; ainsi que de leurs trophées sont strictement interdits ; sauf dérogation spéciale de l’administration des eaux et forêts ; pour les besoins de la recherche scientifique ». Une justice ferme et exemplaire est vivement attendue.

Achille Schilains, TIMES.CD/ correspondant â Brazzaville

Click to comment

Laisser un commentaire

Most Popular

To Top