Now Reading:
MP : les rats doivent quitter le navire ! (Abedi Mulenda, Club des Libéraux)
Full Article 3 minutes read

MP : les rats doivent quitter le navire ! (Abedi Mulenda, Club des Libéraux)

Abedi Mulenda

 

Le président du Club des Libéraux, Jonathan Abedi Mulenda, vient de donner un nouveau coup de pied dans la fourmilière.

Pour lui, les ambitions présidentielles exprimées par l’autoproclamation clandestine des dauphins, sont à l’origine du manque de cohésion observée ce dernier temps  au sein de la Majorité Présidentielle(MP). « Cette plateforme ne s’assume pas pour des raisons d’alternance interne. Elle est contre toute possibilité ayant trait au maintien de l’actuel Chef de l’Etat. Et pourtant, c’est le seul leadership capable de battre n’importe quel adversaire… », a indiqué cet analyste au cours d’un entretien, ce lundi 7 mai 2018 avec TIMES.CD.

Rappelant que cette grande plateforme s’est distinguée dans la production d’une opposition « redoutable » telle que l’UNC et autres G7/Ensemble, Abedi Mulenda s’étonne de la complaisance de la MP face à la crise politique actuelle. «Ses sociétaires sont soit complices ou coupables ! C’est ici que la dangereuse opposition non apparente confirme son schéma», martèle-t-il.

Face au comportement discourtois de la «Communauté internationale» à l’égard du Chef de l’Etat, le leader du Club des Libéraux constate que la MP n’a jamais réservé une réponse appropriée, démontrant ainsi une vraie dynamique nationale autour de son  leader. «Ce  qui compte pour elle, c’est le départ du Chef de l’Etat», regrette ce jeune loup.

A ce jour, appuie-t-il, de nombreuses pistes légales pour la conservation du pouvoir ne sont ni explorées ni exploitées, bien que les appels de différents analystes ont été lancés en ce sens. «La Majorité a préféré se fier et s’accrocher aux accords inconstitutionnels qui sont en désavantage d’elle-même et de son leader. Elle a préféré brandir en coulisses les intimidations traumatisantes de la Communauté internationale sur le Chef de l’Etat et ouvrir le bal des dauphins»

.
Et de s’interroger : «Ladite  communauté internationale n’a-t-elle pas des observations à émettre pour les différents pays tels que la Chine, la Russie, le Rwanda, le Burundi, le Tchad et autres dont les majorités parlementaires se sont assumées en maintenant leurs leaders pour l’intérêt de leurs nations ?».

La communauté internationale, conclut-il,  a un double aspect. Elle est diablesse pour incendier et est aussi sainte en jouant son rôle d’humanitaire. Les cas les plus flagrants de la Lybie et de la Syrie sont très édifiants.

Pour lui, il est évident que les pro-impérialistes rappellent aux patriotes le caractère particulier de la création de la RDC lors des combines de 1885 à Vienne. «A ce sujet, la RDC, toute entière a le devoir de forger  fortement sa personnalité. La classe politique dans son ensemble doit cesser d’être extravertie. Il y a urgence. Les rats doivent quitter le navire !»

 

TIMES.CD

Laisser un commentaire

Input your search keywords and press Enter.