Now Reading:
La Cuvette : 3 ans d’emprisonnement fermes contre 3 trafiquants d’ivoire à Oyo
Full Article 3 minutes read

La Cuvette : 3 ans d’emprisonnement fermes contre 3 trafiquants d’ivoire à Oyo

Le Tribunal de Grande Instance d’Oyo a rendu son verdict le 26 avril dernier sur l’affaire de trois trafiquants d’ivoire, arrêtés en flagrant délit, le 09 avril 2018, avec huit pointes d’ivoire des jeunes éléphants.

OKIELE DOKE Dunel Germain, considéré comme acteur principal dans cette affaire, est condamné à 3 ans d’emprisonnement fermes, assortis de cinq cent mille (500.000) FCFA d’amende et de deux millions (2.000.000) de FCFA de dommages et intérêts. L’abattage d’une espèce animale intégralement protégée (éléphant), la détention et circulation illégales des trophées de cette espèce animale sont les faits justifiant cette décision du Tribunal de Grande Instance d’Oyo.

Les deux autres trafiquants d’ivoire à savoir KOUMOU Droxy et PAYA Guyvenchy ont été condamnés pour détention et circulation illégales des trophées d’une espèce animale intégralement protégée (huit pointes d’ivoire). Ils écopent deux (2) ans d’emprisonnement fermes, assortis de deux cent cinquante mille (250.000) FCFA d’amende et d’un million (1.000.000) de FCFA de dommages et intérêts chacun.

Ces individus avaient été interpellés à Oyo dans le Département de la Cuvette, par des Agents de la Direction Départementale des Eaux-et-forêts de la Cuvette et les éléments de la Gendarmerie nationale, grâce aux informations et appuis du PALF (Projet d’Appui à l’Application de la Loi sur la Faune sauvage).

OKIELE DOKE Dunel Germain, KOUMOU Droxy et PAYA Guyvenchy, tous de nationalité congolaise, font partie d’un vaste réseau de trafiquants d’ivoire bien implanté entre le Département de la Cuvette et de la Sangha. Un réseau dont le rôle de chacun d’entre eux est bien déterminé : Chasseur d’éléphants, porteur d’ivoire, démarcheur…

Après avoir massacré les éléphants dans les forêts des deux Départements précités, ces derniers utilisent les pirogues sur le fleuve Congo et la rivière Alima pour le transport des ivoires jusqu’à Oyo pour la vente. Ivoires qu’ils ont l’habitude de dissimuler dans des sacs de foufou pour tromper la vigilance des services de contrôle.

Le Tribunal de Grande Instance d’Oyo se démarque en lançant un message fort en prononçant des peines exemplaires et réellement dissuasives.

L’éléphant fait partis des espèces intégralement protégées en République du Congo, comme le stipule l’article 27 de la loi Congolaise en matière de protection de ces espèces fauniques : «  l’importation ; l’exportation ; la détention et le transit sur le territoire national des espèces intégralement protégées ; ainsi que de leur trophées sont strictement interdits ; sauf dérogation spéciales de l’administration des eaux et forêts ; pour les besoins de la recherche scientifique ».

Achille Schilains, correspondant de TIMES.CD à Brazzaville.

Laisser un commentaire

Input your search keywords and press Enter.