Now Reading:
Un sergent sénégalais élevé au rang du citoyen d’honneur de Brazzaville
Full Article 4 minutes read

Un sergent sénégalais élevé au rang du citoyen d’honneur de Brazzaville

Le Congo a honoré une figure symbolique de son histoire : le Sergent Malamine, d’origine sénégalaise. Sous-officier de l’infanterie coloniale et compagnon de l’explorateur Pierre Savorgnan de Brazza, il a joué un rôle déterminant dans l’administration du village Mfoa, devenu plus tard Brazzaville.

Cet hommage à titre posthume lui a été rendu à Brazzaville, le 29 avril 2018, en présence de Macky Sall et Denis Sassou-N’Guesso, respectivement président du Sénégal et du Congo.  «Cet hommage est le moment bien choisi et l’acte bien conçu pour sortir la figure du sergent Malamine Camara de la pellicule de poussière sous laquelle on l’a longtemps retenue. Si à juste titre, on évoque Pierre Savorgnan de Brazza, on évoque le roi Makoko, parmi les personnalités dignes de notre reconnaissance pour l’histoire de notre cité capitale, il me
semble qu’il est tout aussi impérieux de rendre à Malamine Camara un hommage à la mesure du rôle et d’action qui furent les siens, dans cette histoire, aux côtés de de Brazza», a indiqué d’entrée de jeu Belinda Ayessa, directrice du Mémorial Pierre Savorgnan de Brazza.

Elle a poursuivi son speech en rappelant que les sources historiques sont unanimes dans les récits qu’elles donnent à son sujet, depuis son recrutement au Sénégal par de Brazza, jusqu’à sa mort, en passant par ses rencontres avec Henri Morton Stanley, venu de la rive gauche de l’actuel fleuve Congo.
«Des rencontres au cours desquelles il exécuta fidèlement les instructions de de Brazza. Sans cela, la ville de Brazzaville n’existerait pas», a-t-elle précisé.

Les autorités congolaises qui ont rendu cet hommage en présence d’autres chefs d’Etat et de gouvernement présents à Brazzaville à l’occasion du 1er sommet de la Commission Climat du Bassin du Congo et du Fonds Bleu du Bassin du Congo, ont témoigné ainsi de leur reconnaissance à ce fils d’Afrique qui a travaillé aux côtés de Brazza.

«Malamine a évité que notre pays bascule du côté de la RD Congo», a déclaré Dieudonné Mouyongo, ministre congolais de la culture et des arts. Il a évoqué le parcours de ce sergent de l’infanterie coloniale  qui a quitté vers 1876 son pays pour s’engager auprès de de Brazza à bord d’un navire par lequel ils ont exploré une partie du continent. «Il a joué aux côtés de ce dernier, un rôle important et le roi Makoko», a-t-il indiqué avant de faire un rapprochement entre l’île de Gorée et Loango, deux ports et lieux de départ des africains pour l’esclavage en Europe et en Amérique.

Cet acte de reconnaissance a touché le président Macky Sall qui a remercié le Congo pour sa générosité vis-à-vis de la communauté sénégalaise. Un peuple qui, selon lui, n’a jamais subi des actes xénophobes. «Le Congo et le Sénégal sont liés par une histoire partagée», a-t-il indiqué.

Remise de traités et de décisions municipales

L’ambassadeur de France au Congo, Bertrand Cochery a remis à Denis Sassou-N’Guesso les traités signés entre Pierre Savorgnan de Brazza et le roi Makoko à Mbé en 1880 pour être dorénavant exposés au Mémorial.

«Malamine était un trait d’union entre de Brazza et le roi. Un trait d’union indispensable. Car entre la France, le Sénégal et le Congo notre mémoire n’a de sens que si elle partage les mêmes transmissions», a déclaré l’ambassadeur de France au Congo qui n’a pas oublié le rôle du Gabon dans l’aventure de Pierre Savorgnan de Brazza au même titre que l’Algérie et l’Italie.

Le président du conseil municipal et maire de Brazzaville, Christian Roger Okemba, a remis quant à lui, à Macky Sall, les décisions municipales qui élèvent au rang de citoyen d’honneur de Brazzaville le sergent Malamine.

Au cours de cette cérémonie on a noté, entre autres, la présence des présidents du Rwanda, du Kenya, du Cameroun, de la Zambie et du roi de Mbé, Auguste Ngampio successeur de Makoko.

Elle a été clôturée par la levée des couleurs du drapeau qui devront maintenant flotter dans l’enceinte du Mémorial Pierre Savorgnan et de l’exécution de l’hymne du Sénégal.

Achille Schilains, correspondant de TIMES.CD à Brazzaville

Laisser un commentaire

Input your search keywords and press Enter.