Now Reading:
Beni : journée de deuil et paralysie d’activités en mémoire des victimes de l’insécurité
Full Article 3 minutes read

Beni : journée de deuil et paralysie d’activités en mémoire des victimes de l’insécurité

Beni

Une fois de plus, la ville de Beni est restée paralysée ce lundi 23 avril 2018. La société civile dans sa diversité a appelé à l’observation d’une «journée de deuil » en mémoire des victimes de l’embuscade sur la route Beni-Kasindi le vendredi dernier.

L’appel de la société civile a été respecté, particulièrement chez les opérateurs économiques. Marchés totalement désertés, boutiques, magasins, banques et autres maisons de commerce sont restés hermétiquement fermés toute la journée de ce lundi. Même la circulation des motos taxis a été faible.

Les associations et organisations membres de la société civile de Beni se sont réunies au bureau de la Fédération des entreprises du Congo «FEC» pour analyser la situation sécuritaire qui se dégrade chaque depuis le début de ce mois d’avril.

Une marche spontanée sans initiateur a été même observée. Les manifestants ont chuté à la mairie avant d’être reçus par le maire de Beni. Nyonyi Bwanakawa qui a répondu à leurs quelques questions a évoqué des mesures sécuritaires prises dans ce sens.

Notons que cette manifestation est intervenue 72 heures après la tuerie d’au moins quatre personnes dans une embuscade leur tendus par des hommes armés.

Le film de l’événement macabre du vendredi

Vendredi 20 avril 2018, 4 civils sont morts dans une embuscade leur tendus par des rebelles présumés ADF sur la route Beni-Kasindi au niveau de Nyaleke-Kichanga. Il s’agit des commerçants en provenance de la cité frontalière de Kasindi-Lubiriha roulant à bord de deux véhicules de marque FUSO et un Actros appartenant à la société TMK.

Selon le témoignage de certains rescapés, c’était autour de 17 heures que les balles ont commencé à retentir sur la route faisant couper la circulation.

«Il était 17 heures quand nous avons entendu des coups de balles. Les militaires nous ont dit de nous arrêter en attendant la réouverture de la route. Quand il a fait 18 heurs 30 minutes , ils nous ont dit qu’il n’y a plus de problème et qu’on pouvait y aller. À environ seulement 3 kilomètres des militaires, il y a eu plusieurs coups des balles tirés sur nos véhicules. C’est un sauve -qui-peut géneral, tout le monde a fuit dans sa direction. Vu mon âge, je me suis caché près de la route, ils ne m’ont pas vu. Ils se sont livrés au pillage de nos marchandises. Puis, trois véhicules trouvés sur place ont été brûlés. Ils s’exprimaient à kiganda (langue ougandaise) et habillés en tenues militaires. Ils ont passé nuit là jusqu’à 5 heures de ce samedi » a expliqué un rescapé à TIMES.CD.

Cette embuscade des rebelles a fait 4 morts dont deux calcinés dans des véhicules et deux autres par balles. Il y avait aussi des blessés et des disparus.

Le trafic a été bloqué depuis le vendredi 20 avril à 9 heures jusqu’à samedi 21 avril, après l’évacuation des carcasses des véhicules incendiés.

Les victimes étaient toutes commerçants de la ville de Beni qui revenaient de Kasindi Lubiriha.

Le commandant des opérations Sukola 1, le général de brigade Mbangu Marcel s’est rendu sur le lieu de l’événement pour le constant.

Delphin Mupanda/TIMES.CD

Laisser un commentaire

Input your search keywords and press Enter.