Actualité

Linafoot 2018 : véritable parcours de combattant pour assister à un simple match !

L’amateurisme a atteint son point culminant dans l’organisation du championnat national de football. La 23ème édition de la Ligue nationale de football est caractérisée par beaucoup de déchets d’ordre organisationnel. Dépassés par les événements, les dirigeants assistent impuissants à ces désordres généralisés et n’arrivent plus à les réparer.

Outre le problème de calendrier instable (changé parfois 4 fois en 3 jours !),  d’autres situations malsaines sont vécues au grand jour par ceux qui ont encore la volonté d’assister aux rencontres de ce championnat qui meurt à petits feux, alors qu’il est placé parmi les meilleures compétitions africaines sur le plan technique.

A titre exemplatif, le match qui a opposé le Daring Club Motema Pembe(DCMP), ce jeudi 5 avril 2018, face à Maniema Union de Kindu (1-1), au stade Tata Raphaël est une illustration parfaite du bordel qui élu domicile dans ce temple du football dans la capitale. Des véritables batailles rangées sont observées dès la porte d’entrée jusqu’aux tribunes centrale et d’honneur.

En effet, même si l’on a son billet d’entrée, il faut livrer une bataille contre les agents de sécurité en tenue civile, les policiers en uniforme et les stadiers en gilet de reconnaissance. Quel que soit la qualité du spectateur (journaliste, invité, dirigeant sportif,
supporter, etc.), il doit faire face à ces truands prêts à poignarder quelqu’un pour lui arracher son billet d’entrée afin de le revendre à un prix dérisoire !

Le malheur ne venant jamais seul, dit-on, les spectateurs du match de ce jeudi ont reçu la visite inattendue de dame pluie les obligeants à trouver un endroit de fortune pour s’abriter. Dans une confusion digne de la jungle, des supporters au gros bras et visiblement toxicomanes sautent allégrement les filets séparant les tribunes d’honneur à celle centrale pour fuir l’averse et s’abriter.

Au finish, comme dans une pétaudière, tout le monde, dirigeants et supporters, est resté débout et coincé. Une image lamentable envoyée aux autres pays du monde à l’ère où l’information court à une vitesse élevée grâce aux nouvelles
technologies de la communication.

Dirigeants , journalistes et supporters tous debout


Des observateurs avertis se posent la question de savoir pourquoi la Linafoot bien consciente que ce genre des matches draine une grande foule au stade, mais les programme toujours dans ce vieux temple pierreux, en lieu et place du stade des Martyrs ? Une des conséquences de cette honte, beaucoup d’honnêtes gens ont déserté les stades.

Somme toute, l’Etat congolais, la Fédération congolaise de football association(FECOFA) et la Linafoot doivent s’impliquer davantage pour lutter contre ces désordres qui n’honorent pas le football congolais.

À bon entendeur …

Jolga Luvundisakio/TIMES.CD

Click to comment

Laisser un commentaire

Most Popular

To Top