UNIKIN: assistants et chefs de travaux en grève

A l’issue d’une assemblée générale extraordinaire tenue le 14 mars 2018 dans la salle D.E.S. de la faculté de Droit, les assistants et chefs de travaux de l’Université de Kinshasa ont décidé d’enclencher une grève.

Ils fustigent le non respect de leur cahier des charges déposé auprès du ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire ( ESU), relatif au paiement de leurs primes.

En effet, selon les modalités arrêtées au niveau interne avec le COPA, ces cadres scientifiques devraient bénéficier de 4 mois de leurs primes, mais un flou persiste sur les 4 autres. Ces cadres scientifiques n’ont pas roujours reçu des éclaircissements sur la position de leur ministre de tutelle lequel, jusqu’à ce jour, n’a pas toujours répondu à leur préavis de 15 jours souligné dans leur cahier de charges.

Statuant sur la problématique de paiement des frais académiques aux taux de 920 fc le dollar, les cadres scientifique de la « Colline inspirée » déplorent les conséquences nefastes qui retombent sur le personnel scientifique.

Il convient de noter que malgré la mise en place de la commission initiée par le cabinet de Steve Mbikayi et le rapport lui présenté par cette commission depuis le mois de février, aucune avancée significative n’est encore enregistrée en ce jour en faveur du personnel académiques, scientifique, administratif et ouvriers .

Contactez par TIMES.CD, le président de cette corporation scientifique, le chef de travaux Anaclet Mwemba, promet de mené des actions syndicalistes pour que les autorités trouvent solutions à leurs revendications.

Par ailleurs, revèle-t-il, les membres de son association continuent à mener des demarches pour saisir de nouveau la présidence de la République afin de trouver une solution urgente.

D’ores et déjà, ils se sont donnés rendez-vous dans deux semaines pour faire l’évaluation de leur mouvement de grève.

Serge Mbuyi/TIMES.CD

Un commentaire

  1. Il serait judicieux pour le prochain Président (Ne faisant pas allusion à ce rwandais loin encore de ce zambien) à restructurer, nettoyer et lancer de challenge scientifique digne pour cet établissement qui a perdu depuis belle lurette sa noble place.

Laisser un commentaire