Actualité

Une ville morte pour dénoncer l’insécurité criante à Bukavu.

Les forces vives de la société civile et certains partis politiques de l’opposition sortent de leur léthargie et mutisme. Ces derniers projettent d’organiser une journée ville morte le 20 février 2018.

Pour le président de la Ligue des jeunes de l’UNC/ Sud-Kivu, Kake Bulindi, cette ville morte est une façon de dire non à cette insécurité qui endeuille la population. Pour ce jeune, il faudra accentuer la pression sur les autorités sensées garantir la sécurité des personnes et de leurs biens.

Même son de cloche du coté du Rassemblement qui maintient la décision d’appeler la population à ne pas vaquer à leurs occupations ce mardi.

Quant à la société civile, les violons ne s’accordent pas. Les uns maintiennent la décision de marcher ce mardi. Par contre,les autres invitent la population à se présenter devant le bureau des autorités pour révendiquer la sécurité.

Justin Mwamba/Times.cd

Click to comment

Laisser un commentaire

Most Popular

To Top