Now Reading:
V.Club : le Camerounais Ayuk Taku réclame sa prime de signature
Full Article 5 minutes read

V.Club : le Camerounais Ayuk Taku réclame sa prime de signature

Depuis Angleterre où il se trouve, le milieu offensif camerounais Akwo Tarh Ayuk Taku a fait une audio de 9’20 » qui circule sur les réseaux sociaux, réclamant ses droits au sein de VClub. Certes, le joueur félicite son club pour la victoire le dimanche dernier face Ne Forward du Malawi au tour préliminaire de la Ligue des champions d’Afrique. Mais il regrette le non respect des engagements des dirigeants de V.Club.

« Je suis fier, pace que mon équipe a gagné 4 buts à 0. Je la soutiens du fond du coeur. Mais j’entends dans les médias que le secrétaire sportif m’a donné sept jours pour aller me faire soigner et je me retrouve à plus de trois semaines », dit-il.

Et il regrette : « C’est dommage, car, un club professionnel doit protéger ces joueurs, un club professionnel n’expose pas ses joueurs. Ça fait deux semaines depuis que je suis en Angleterre pour faire une visite médicale. Je rappelle, avant de quitté le Congo, le coach Ibenge m’avait proposé un centre hospitalier pour la visite médicale. Mais après les examens, on n’avait rien constaté sur mon pied. Depuis que je suis dans V.Club, je suis toujours malade, je n’arrive pas à courir. Au Cameroun, j’ai encore passé une visite médicale, rien n’a été signalé. Mais ici en Angleterre, je m’entraîne bien et on n’a rien relevé après les examens », explique-t-il

Akwo Ayuk Taku explique comment il a signé son contrat et qu’est ce qui se passé :

« J’ai signé un contrat de deux ans dans V.Club où la prime de signature était de 120.000$. La première fois j’avais perçu 30.000$ et le club m’avait fait une reconnaissance de dette (90.000$)qui devrait être payé avant le début du championnat. Le jour où j’avais signé mon contrat, je voulais prendre la copie de signature mais le club m’a supplié de laisser d’abord, en attendant que le président signe. C’est après qu’on va me donner la copie du contrat ».

Il explique :
« J’étais le premier joueur à signer dans V.Club pour cette saison. C’était le 23 juillet 2017. Mon contrat a commencé à être compté à partir du 02 Août 2017, c’est-à-dire, mon salaire aussi devrait commencer à être versé. Mais V.Club m’a payé seulement après trois mois, mes deux premiers mois, le club ne m’a rien payé. Les dirigeants me disaient d’attendre le gouverneur, il allait me payer »
.

« Et quand le championnat a démarré, j’ai demandé le reste de ma prime de signature, il y a encore eu des explications, sous prétexte qu’il faut attendre, le gouverneur n’est pas encore là. Un jour, le gouverneur m’a appelé et m’a remis 20.000 $ pour totaliser 50.000 $, en me disant qu’il n’a pas d’argent et qu’il est occupé », confie Akwo Ayuk Taku.

Le joueur tenait jouer et donner du plaisir aux supporters, mais V.Club ne respectait pas ses engagements :

« Je voulais jouer pour donner du plaisir aux supporters, mais ça n’allait pas. Quand je demandais mon argent, il y avait toujours des explications ».

« On a même manqué du respect à mon avocat parce qu’il demandait mon contrat. J’ai demandé le reste du cachet, la copie originale de mon contrat, mais le club a toujours refusé. J’ai fait au moins 4 à 5 fois le tour dans le bureau de V.Club pour récupérer mon contrat mais en vain », déplore-t-il.

Et d’indiquer : « Je me suis dit : je dois me concentrer pour cette maladie. Mais au moment où j’ai demandé l’autorisation de sortir, V.Club m’a dit que le président est malade que je paye seul mon billet et au retour le président va rembourser. C’est là que j’ai pris l’avion pour l’Angleterre via le Cameroun ».

Ayuk Taku dit être en contact avec les dirigeants de VClub. Mais leurs explications ne sont toujours pas claires, ils lui demandent de regagner Kinshasa :

« Depuis que je suis Angleterre, les dirigeants me disent toujours de rentrer d’abord au Congo, mais ils ne donnent pas de précision. Ce n’est pas seulement la question d’argent qui me freine encore ici, mais je veux que V.Club soit professionnel en respectant les engagements, même s’il n’y a pas d’argent, mais il y a ce qu’on appelle la communication ».

Et il conclut : « S’ils veulent que je rentre, qu’ils respectent seulement mes engagements. S’ils mettent mon argent aujourd’hui dans mon compte, le jour suivant je serai à Kinshasa. Mais je n’aurais plus confiance à eux. C’est honteux de trouver un club qui a un budget mais quand je demande mon argent, on met dit que tu es le joueur du gouverneur. »

Pour rappel, le secrétaire sportif de V.Club, Raphaël Esabe avait reconnu que V.Club n’a versé que 50.000 en lieu place de 120.000 $. Mais il exige au joueur de rentrer au pays et V.Club va s’acquitter de sa prime. Et le joueur devrait savoir qu’il n’a pas seulement des droits, mais aussi des obligations à remplir. Wait and see !

Jolga Luvundisakio/Times.cd

Laisser un commentaire

Input your search keywords and press Enter.