Now Reading:
Beni :Ouverture d’une information judiciaire à charge des responsables ADF
Full Article 2 minutes read

Beni :Ouverture d’une information judiciaire à charge des responsables ADF

Carte de la ville de Beni

L’Auditorat militaire supérieur opérationnel du Nord-Kivu a lancé depuis jeudi 8 février les enquêtes judiciaires contre 26 responsables des rebelles Adf présumés auteurs des massacres d’au moins 913 personnes, des maisons incendiées, des biens pillés dans la région de Beni.

Dans une lettre adressée aux différentes instances judiciaires en République Démocratique du Congo, à la Monusco et aux commandants des forces de sécurité, l’auditeur militaire supérieur opérationnel du Nord kivu indique que «ces actes d’atrocité s’inscrivent dans la catégorie des crimes contre l’humanité et crimes de guerre par meurtre, par viol, par déportation et par pillage, association des malfaiteurs et terrorisme, faits prévus et punis par les articles 156-158,222 et 223 cpolii de la loi No 15/022 du 31 décembre 2015 modifiant complétant le décret du 30 janvier 1940 portant code pénal congolais, une loi de mise en oeuvre du statut de Rome et l’article 157 CPM»

Ce même document renseigne que les mandats d’arrêt à charge de ces responsables des Adf et leurs photos sont à la disposition des services de sécurité et aux officiers des renseignements ougandais œuvrant aux frontières congolo-burundaises.

À ce titre ,l’auditorat militaire supérieur opérationnel du Nord-Kivu sollicite l’appuis du Bureau conjoint des Nations Inies aux droits de l’homme et la cellule d’appui aux poursuites judiciaires de la Monusco Beni dans les enquêtes dont les termes de référence ont été débattus avec eux.

Jamil Mukulu, leader et charman spirituel, sera poursuivi pour les faits commis depuis le 2 octobre 2014(debut de massacre) jusqu’à la date de son arrestation en Tanzanie.


Delphin Mupanda

Laisser un commentaire

Input your search keywords and press Enter.