Now Reading:
Mamitsho Pontshi, une femme pilote atypique
Full Article 3 minutes read

Mamitsho Pontshi, une femme pilote atypique

Âgée de 33 ans, Mamitsho Pontshi a toujours été passionnée par le métier de pilote depuis son enfance. Elle a du batailler dur pour réaliser son rêve d’autant plus que les femmes sont à compter à bout des doigts dans cette profession.

Issue d’une famille modeste, cette jeune dame va faire preuve de beaucoup de courage dans sa carrière. Elle témoigne: « Ça n’a pas été si facile pour le dire, déjà le fait d’être femme et devenir pilote étonnait pas mal de gens ».

En effet, après avoir décroché son diplôme d’ingénieur à l’Institut Supérieur des Techniques Appliquées de Ndolo ( ISTA) à Kinshasa, elle va poursuivre sa formation en Afrique du Sud. Là aussi, sa nature féminine et sa peau noire ne lui ont pas été favorables. Deux bonnes raisons pouvant la décourager. Mais, elle a tenu bon. Car se disait-elle  » le plus grand échec est de ne jamais essayer  ».  » je n’avais personne comme idole, je me disais toujours pourquoi distinguer le travail pour homme et femme, c’est cette conception qui m’a à la fois plus motivée et révoltée », a affirmé la jeune pilote tout en précisant que son désir de devenir pilote était éveillée en elle déjà dès la quatrième année des humanités. A cet âge où la jeune fille kasaienne était pour la plupart de cas orientée vers le foyer.

Que des trajets parcourus. Elle a travaillé dans pas mal de compagnies aériennes : Goma Express en 2011, Katanga Airways vers 2012 et 2013, Air-Baraka. En 2015, récemment en formation pour Congo Airways,  « mon parcours jusque là a été adorable, je ne regrette rien, j’envisage encore beaucoup plus et je crois y parvenir » souligne-t-elle avec confiance et hardiesse.

Soucieuse de la génération future

la jeune pilote incite la jeune fille à l’amour des études et du travail. « Une femme émancipée n’est pas semblable à la femme ménagère du temps passé à qui le mariage et le foyer était ses uniques préoccupations. Bien au contraire, c’est une femme qui, en dépit de tout, sait se prendre en charge en assumant différentes responsabilités dans la société. Quel que soit le sexe ,on ne peut pas se déclarer incapable au moment où on n’a pas encore essayé ».
Une femme n’est pas que beauté mais aussi une tête bien formée, précise-t-elle, car dit-on, éduquer une femme c’est éduquer toute une nation.

Sylvie Mbantshi/Times.cd

Laisser un commentaire

Input your search keywords and press Enter.