Nestlé

L’ANAPI regrette le départ de Nestlé dû au phénomène « Lufu »

L’Agence nationale pour la promotion des investissements (ANAPI) regrette la décision de fermeture au 30 janvier 2018 de la société Nestlé Congo SA, en tant que service d’accompagnement des investisseurs établi en RDC.

A cet effet, le directeur général de l’ANAPI a reçu ce mardi 5 décembre 2017, dans son cabinet de travail, Erkan Konak et Claret Neta, respectivement « Country manager et Country controler » de Nestlé Congo, pour des amples informations sur la fermeture de ladite société. De cet entretien, il a été retenu que ce n’est pas pour des raisons de contrôle, de tracasseries, ni fiscales encore moins parafiscales que Nestlé a pris la décision de quitter la RDC.

Selon ces hôtes du directeur général, c’est le phénomène « Lufu », l’inflation ainsi que le faible pouvoir d’achat des congolais moyens qui sont à la base de cette décision de Nestlé Congo. Ces aléas, ont-ils dit, ont occasionné des pertes successives à l’entreprise pendant plus de 3 ans.

Le DG de Nestlé Congo a souligné que sa société ferme ses portes mais ne quitte pas la RDC, car ses produits et son réseau de distribution demeurent les mêmes qu’avant. « C’est le business modèle qui change ».

Rappelons que Nestlé s’est installé en RDC depuis plusieurs années. En 2009, avec l’accompagnement de l’ANAPI, elle a décidé d’investir avec une usine de conditionnement de produit Maggi, avec un coût d’investissement prévisionnel évalué à 22.336.880 USD. La société a créé ainsi plusieurs emplois directs et indirects, avant de procéder à l’inauguration de sa nouvelle ligne de conditionnement du lait NIDO « essenta NUTRIPAC », en date du 18 août 2015.

« En République démocratique du Congo, (RDC) nous fermerons notre usine et notre siège social d’ici la fin du mois de janvier et poursuivrons le développement de notre modèle économique de distribution par des tiers », a indiqué à l’AFP une porte-parole du groupe.

« Environ 120 personnes seront affectées par cette décision », a-t-elle ajouté, précisant que Nestlé propose à ses salariés « un ensemble de mesures compensatoires plus favorables que prévu par la législation du travail au plan local ».

Communiqué de l'ANAPI

Communiqué de l’ANAPI

Clement Muamba

Laisser un commentaire