moise-katumbi-tp-mazembe-match.

Finale CAF C2/Mazembe vs Super Sport : Katumbi lance un message de soutien à son équipe

Pour la deuxième fois consécutive, le Tout Puissant Mazembe joue la finale de la coupe de la confédération africaine. Les hommes de Pamphile Mihayo avaient décroché leur ticket pour la finale en battant les Marocains de Fus Rabat au match aller à Lubumbashi par un but à zéro. Au match retour, les Corbeaux de Lubumbashi ont imposé un nul vierge aux Marocains dans leur fief.

La finale aller est prévue donc ce dimanche 19 novembre au stade TP Mazembe de la commune de Kamalondo, à Lubumbashi.

Le président sponsor, le chairman Moïse Kutumbi Chapwe, en dehors du pays depuis plusieurs mois pour des raisons politiques, a lancé un appel, à travers le site officiel du club, à une mobilisation générale des Congolais, particulièrement les supporters de TP Mazembe, les « Tubawuwe« . Moïse sollicite d’eux un soutien massif pour que l’équipe de Mazembe réalise un doublé comme c’était le cas en 2009 et 2010 en Ligue des champions.

« Cette saison, malgré l’élimination en Ligue des Champions, le club a été performant et les joueurs se sont investis pour arriver en finale de la Coupe de la CAF. Ils méritent un stade vraiment plein pour cette finale aller, extrêmement importante, qu’il importe de gagner chez nous. Je sais que les supporteurs du TPM sont toujours capables de se mobiliser pour emmener leur équipe au succès. C’est en étant appuyé par un grand public que nos joueurs vont retirer beaucoup de force des tribunes pour vaincre Super Sport. Les joueurs attendent que tout le monde fasse preuve d’union sacrée autour de l’équipe pour gagner… ».

Entre-temps, les Corbeaux poursuivent leur préparation à Lubumbashi. Lundi 13 novembre, le TP Mazembe avait joué son premier match de la 23ème édition de la Ligue nationale de football face à l’École de football katumbi, duel remporté par les coéquipiers de Djo Issama sur la note de deux buts à zéro, avec au passage un doublé de l’inévitable attaquant de pointé Ben Malango.

Jolga Luvundisakio/Times.cd

Laisser un commentaire