La-ville-de-beni

Beni : ville morte annoncée pour le 15 novembre, le parlement d’enfants monte au créneau

Au regard de la journée ville morte initiée par la Lucha, prévue ce mardi 15 novembre sur toute l’étendue de la RDC, à Beni le Parlement d’enfants évoque la violation des droits de l’enfant.

Dans un point de presse tenu la semaine dernière, la Lucha a appelé non seulement à la désobéissance civile, mais aussi annoncé une journée ville morte que doivent observer les Bénitiens (habitants de Beni), une manière de contester le calendrier électoral publié par la CENI il y a peu.

Des tracts sont ramassés ça et là, des messages inondent des réseaux sociaux pour appeler à une journée sans travail.

Le parlement d’enfants/Beni ne partage pas l’appel de la Lucha, et parle d’une « manipulation » des opposants.

D’après Stéphanie Mbafumoja, présidente de cette structure, «priver l’enfant d’aller à l’école c’est une violation de son droit. Les enfants sont apolitiques, la Lucha de même. Mais malheureusement, elle est manipulée par les politiciens. Ils appellent à une journée sans école alors que c’est une violation des droits de l’enfant. Qu’ils fassent leurs manifestations mais qu’ils épargnent les enfants. Ils promettent de barrer les routes, et nous on appelle les autorités à les en empêcher pour que les enfants aient à l’école…».

Maître D’Alzon, militant de Lucha/ Beni, confirme que leur action est maintenue.

«Notre action est maintenue. Tout parent doit laisser son enfant à la maison ce 15 novembre. Les actions de la Lucha sont non violentes ».

Ils appellent à une mobilisation générale pour refuser le calendrier publié par la CENI fixant les élections en décembre 2018.

La Majorité présidentielle n’est pas d’accord avec cet avis et appelle les Benitiens à vaquer librement à leurs activités comme d’habitude.

Delphin Mupanda /Times.cd

Laisser un commentaire