ban-fec

Clôture de la Foire de la Femme entrepreneure: « vendez tout, sauf votre corps »

La 1ére édition de la Foire de la Femme entrepreneure, lancée ce vendredi 3 novembre 2017 par son initiatrice Beatrice Ifanga dite  » Beki », en présence du ministre d’Etat en charge du Plan Bahati Lukwebo, s’est clôturée ce samedi 4 novembre.

En ce jour de fermeture , il y a eu une conférence-débat, en dehors d’autres activités. Cette fois-ci, la conférence a été animée par un expert américain de la compagnie Pathway Africa, Brent Anderson. Il a orienté ses enseignements aux femmes entrepreneurs sur la transformation de la pensée et le leadership des entreprises :

«Nous sommes venus pour discuter des principes sur lesquels les entreprises se transforment face aux divers intérêts. Nous avons donné des exemples qui ont eu lieu autour du monde et nous avons montré aux mamans comment on peut les appliquer ici en RDC », explique Brent Anderson

« Pour les femmes qui ont de petites entreprises au niveau micro, on leur a dit que si elles veulent aller plus loin, il faut commencer à penser d’une manière différente. D’essayer de fabriquer quelque chose pour vendre et demander quels sont les besoins qui ne sont pas satisfaits que je peux satisfaire et que les clients peuvent payer. Voilà le début de la croissance », ajoute-t-il

Conférence-débat animée par monsieur Brent Anderson

Conférence-débat animée par monsieur Brent Anderson

Après la conférence, place aux témoignages où les femmes entrepreneures ont parlé de leur début avant de devenir femmes d’affaires.

La première à témoigner, c’était l’organisatrice de la Foire, Madame Béatrice Ifanga. Elle a exhorté les mamans à travailler, à ne pas attendre que le concours de leurs maris.

L'organisatrice du Foire / Béatrice Ifanga Beki

L’organisatrice du Foire / Béatrice Ifanga Beki

« Je crois que parmi nous ici, il y a des femmes mariées. Il y a une chose qui cause le désordre dans un foyer, c’est l’argent. Donc il ne faut pas trop demander à vos maris. Abandonnez la pratique de Pesa ngai, Kabela ngai. Vous devez travailler comme les hommes. A force de beaucoup demander, vos maris vont commencer à aller manger dans des restaurants parce que vous demandez trop. Si tu travailles, tu n’auras pas beaucoup de problèmes d’argent», a-t-elle interpellé, espérant que les femmes présentes dans la Foire intérioriseront ces enseignements.

« Moi, je n’ai pas de problèmes d’argent avec mon mari parce que je ne lui demande pas trop. On se complète en cas de problèmes. J’étais étudiante, j’ai tout vendu (sandales, friperie…). Le commerce est vraiment dans mon sang. Mais il y a une chose que je n’ai jamais vendue, c’est mon corps.
Vendez tout, sauf votre corps
», a conclu madame Béatrice Ifanga.

Rappelons que cette Foire a regroupé 11 provinces et toutes ont exposé leurs produits spécifiques.
L’objectif était de faire connaître et de valoriser les produits du pays; contribuer à l’émergence, au développement et à la promotion de la femme congolaise appelée à prendre conscience du rôle qui est le sien pour relever le Congo tant sur le plan politique qu’économique; créer l’esprit de compétitivité, trouver des partenaires commerciaux, augmenter le chiffre d’affaires; etc.

Crocodile et tortue venus de l'Équateur.

Crocodile et tortue venus de l’Équateur.

La Foire à été clôturée par le mot de l’organisatrice, Béatrice Ifanga, qui s’est dit très heureuse, avant de faire un appel aux femmes qui hésitent encore de rejoindre la Fec.

« Je suis très contente, satisfaite. Il y a eu engouement, beaucoup de visites. Je suppose que les exposantes ont eu l’occasion de présenter leurs produits et gagner les clients. C’était ça le but principal », a-t-elle soutenu.

«L’autre objectif est celui de faire sortir les femmes du secteur de d’informel au secteur formel. On va les aider à trouver des ouvertures », a-t-elle promis.

Selon Madame Espérance Belau, première vice-présidente de la Fédération des entreprises du Congo (Fec), « cet événement de deux jours est une réussite. Nous pensons que la deuxième édition connaîtra aussi le même succès. Nous félicitons surtout Madame Béatrice Ifanga et la Fec pour cet événement. Nous avons réussi d’avoir toutes les femmes venant de 11 provinces (dans leur ancienne configuration ). Nous faisons la valorisation des nos produits locaux pour amener nos mamans à améliorer leurs qualités et à trouver aussi des partenaires ou clients. Tout ceci, pour chercher l’autonomisation de la femme », a-t-elle conclu.

Jolga Luvundisakio/Times.cd

Laisser un commentaire