DG-DGI

Dieudonné Lokadi victime des allégations mensongères

Dieudonné Lokadi Moga, Directeur général honoraire de la Direction Générale des Impôts (DGI), est victime d’allégations mensongères depuis un temps, alors que son passage à cette régie financière laisse des empreintes positives, tel que témoignent plusieurs agents de cette structure de l’Etat. A travers une correspondance datée du 11 octobre dernier, il se dit « très choqué » des contrevérités distillées dans l’opinion, l’accusant de tremper dans un « scandale du coulage à l’entreprise Mino Congo » où 300 millions de dollars seraient partis en fumée.
« Il s’agit des contrevérités, des affirmations gratuites, non vérifiées, des dénonciations calomnieuses, imputations dommageables, dépourvues de tout fondement », souligne-t-il. En effet, partant des allégations présentant comme infractionnelle une décision pourtant normale et régulière de l’administration en gonflant, pour les besoins de la cause, son montant, il est actuellement question d’une prétendue perception d’une somme d’argent. Une nouvelle fiction.
Il y a lieu de se demander ce que vise la démarche et à quel titre un opérateur économique dont le réexamen de la réclamation contentieuse est autorisé par l’autorité compétente et instruit avec l’implication du service à l’origine de l’imposition qu’est l’Inspection générale des finances, verserait, on ne sait de quelle manière, des sommes d’argent au Directeur général des Impôts. « Je regrette totalement ces allégations qui ne sont que les fruits des hallucinations de son auteur qui verse dans des aprioris sans fondement », poursuit-il.
Dieudonné Lokadi rappelle que durant son mandat de six ans et demi à la tête de l’administration fiscale, il a fait montre de professionnalisme, de technicité avérée et de probité morale dans l’exercice des fonctions qui lui étaient confiées, permettant, grâce à la collaboration de l’ensemble du personnel, de hisser la DGI à la première place des Régies financières en termes de mobilisation des recettes, avec des réalisations de l’équivalent de plus de deux milliards de dollars en 2015.
Les rapports de nombreuses missions d’audit émanant de la Primature, de l’Inspection générale des finances, du ministère des Finances, de la Cour des comptes, voire des enquêtes diligentées par des instances judiciaires durant son mandat, prouvent à suffisance la qualité de la gouvernance mise en place qui est à l’antipode des pratiques alléguées.Pour ceux qui ne le savent pas, le traitement de tout dossier fiscal suit un circuit rigoureux et fait l’objet d’un examen approfondi quant au fond et la forme par les structures compétentes.
L’acte du directeur général intervient pour rendre officiel le point de vue de toute l’administration, conformément aux meilleures pratiques administratives. Au regard du caractère éminemment technique des dossiers fiscaux, il est compréhensible que la matière fiscale soit inaccessible aux personnes peu outillées. C’est pour cette raison que la crédibilité de toute dénonciation devrait se construire autour des résultats d’un audit rigoureux, bien orienté, mené dans les règles de l’art par les structures attitrées.
Le fait de relayer des allégations manifestement mensongères basées sur des aprioris sans fondement, ne saurait modifier les faits qui restent têtus. « Ayant ma conscience tranquille, je suis évidemment prêt à répondre de manière loyale à la gestion de l’administration fiscale durant mon mandat, et aucune diffamation du genre ne saurait ébranler cette sérénité », conclut-il.

TIMES;CD

Un commentaire

  1. Je confirme la declaration de Monsieur LOKADI MOGA. Notre pays ne pourait avancer avec des allegations mensongeres que caracterisent bons nombre de personnes dans l’unique intention de nuire. Avec une anciennete de plus de 20 ans a la DGI, je n’est jamais connu un DG a la hauteur de Monsieur LOKADI au sein de cette regie. Cessons avec la politique de haute toi de la je m’y met. C’est vraiment ridicule.

Laisser un commentaire