Joseph Kabila Kabange

Le gouvernement pour l’application immédiate des mesures économiques urgentes

Les Ministères de l’Economie nationale et des Finances ont fait un état de la situation économique et monétaire de la RDC à la suite des mesures économiques urgentes prises récemment par le gouvernement pour permettre au pays de faire face à la conjoncture économique préoccupante créée par le rétrécissement des recettes publiques.

C’était au cours de la 5e réunion ordinaire du Conseil des ministres tenue ce vendredi 29 septembre 2017 à l’Hotel du gouvernement à Kinshasa/Gombe, sous la direction de Joseph Kabila Kabange, Chef de l’État.

Le gouvernement de la République se  justifie que la situation de la trésorerie de l’État reste encore fragile malgré une tendance lente et prossive en augmentation des recettes consécutives au redressement des cours des produits d’exportation et aux efforts internes des services dans la lutte contre la fraude et la contrebande.

Selon le rapport du ministère de l’Economie présenté par Joseph Kapika, ministre de tutelle, ce dernier se réjouit que c’est grâce aux efforts entrepris par l’équipe stratégique mise en place par le gouvernement pour stabiliser le taux de change, que les prix des produits stratégiques à savoir l’électricité, l’eau et le carburant n’ont pas connu de hausse.

Pour sa part, Henry Yav Mulang ministre des Finances, a estimé le taux de l’activité économique sur base des réalisations de production fin juin 2017 situe le taux de croissance du PIB réel à 3,2% contre 2,4% en 2016.

Il souligne que cette évolution est due à la reprise timide des activités dans le secteur minier à travers l’augmentation graduelle de la production et des exportations du cobalt et cuivre, la mise en service de deux nouvelles cimenteries installées dans l’Ex Bas-Congo, actuellement Kongo-Central.

Il précise que le taux d’inflation depuis le début de l’année a atteint 35% au 15 septembre 2017, tandis que le taux de change connaît une relative stabilité depuis bientôt deux mois autour de la moyenne 1570-1580 FC le dollar américain, et les réservés internationales estimées à 680 millions de dollars, synonyme de trois semaines d’importations des biens et services.

Clément Muamba

Laisser un commentaire