Sadc

La RDC au menu des travaux de la SADC, CIRGL et Nations-Unies à Brazzaville le 19 octobre

Une réunion de haut niveau de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), axée sur l’examen des mécanismes aptes à mettre fin aux crises qui secouent cette partie du continent africain, aura lieu le 19 octobre prochain à Brazzaville, capitale de la République du Congo.

L’ annonce a été faite ce mardi 26 septembre 2017 dans un communiqué officiel de la Coordination des Agences des Nations-Unies.

Selon la même source, organisées par la République du Congo, en coordination avec l’Union Africaine (UA) et les Nations-Unies, ces assises  se pencheront en détail sur  » les progrès et défis dans la mise-en-œuvre des engagements pris dans l’Accord-cadre signé à Addis-Abeba, en Éthiopie, en février 2013″.

Il souligne que les travaux  mettront  » l’accent sur les mesures visant à résoudre les problèmes en suspens liés à la neutralisation des groupes armés illégaux encore actifs dans l’Est de la RDC et la région des Grands Lacs, et examinera également l’état des dialogues et processus politiques en cours dans la région ».

Les Chefs d’État et hauts responsables des gouvernements des 13 pays signataires de l’Accord cadre sont attendus à la rencontre de même que les institutions garantes de cet accord à savoir l’ONU, l’UA, la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) et la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC).

Rappelons que la précédente réunion  d’évaluation de l’Accord cadre d’Addis-Abeba s’etait clôturée vendredi 5 mai à Naivasha au Kenya. A cette occasion, le coordonnateur du mécanisme national de suivi de cet accord, Dénis Kalume, avait  évoqué les efforts consentis par la RDC pour respecter les six engagements pris dans le cadre de cet accord, accusant certains pays de la région de violer les leurs. Et en réaction, la représentante du Burundi à ces assises, Rose Nawe, a dit reconnaître l’existence des défis à relever pour que la paix revienne dans la région des Grands Lacs.
Rose Nawe soutient tout de même que son pays n’est pas concerné par des actions de déstabilisation de la région.

Times.cd

Laisser un commentaire