Une vue des installations de la Gécamine. Reuters/Ph. David Lewis
Une vue des installations de la Gécamine. Reuters/Ph. David Lewis

Soupçons de détournement à la Gecamines: des audits commandés

La Gécamines vient d’engager des audits afin de comprendre les résultats négatifs enregistrés par ses partenariats avec les multinationales d’origine étrangère, rapporte Radio France Internationale ce jeudi 21 septembre 2017 dans la chronique des  matières premières.

Cette décision fait suite à la chute de la production, personnel pléthorique, sites non rentables affectant chaque année les résultats de la Gécamines. Tous ces facteurs ont conduit la Générale des carrières et des mines à un endettement record.

Notons qu’au début des années 2000, l’entreprise publique congolaise était même menacée de liquidation.

Selon le PCA Albert Yuma Mulimbi, des experts de la Banque mondiale (BM) et du Fonds monétaire international (FMI) ont conseillé à l’Etat congolais, jugé incapable de bien fructifier les actifs miniers, d’en céder la partie à fort potentiel à des entreprises étrangères, la Gécamines ne restant qu’une société de patrimoine pour encaisser des dividendes.

Selon RFI, un conseil partiellement suivi au début des années 2000, d’après un communiqué de presse du groupe minier, disant avoir conclu des co-entreprises avec des partenaires extérieurs, le groupe public restant minoritaire.

La Gécamines et l’Etat congolais s’attendaient à l’époque à avoir des revenus suffisamment importants pour reconstruire l’appareil de production du cuivre et du cobalt, les deux principaux minerais extraits du Katanga. Mais pendant une dizaine d’années, dont la période 2010-2014 où les prix des matières premières étaient au plus haut, la plupart des partenaires de la Gécamines ont présenté des résultats négatifs et ne lui ont pas versé de dividende. D’autres ont minoré leurs résultats afin de payer moins à l’Etat congolais.

En commandant des audits à un cabinet international, la Gécamines espère que les résultats démontreront la spoliation qu’elle subit depuis plusieurs années de la part de ses partenaires, ce qui lui permettra de leur réclamer des comptes.

Il sied de signaler que selon la même source,  l’annonce de la Générale des carrières et des mines de la commande d’audits intervient deux mois après la publication d’un rapport de l’ONG Global Witness, selon lequel 750 millions de dollars de recettes, versés par des compagnies minières, ne sont pas arrivés au Trésor public entre 2013 et 2015… Des soupçons de détournement réfutés par le groupe minier et les autorités du Congo-Kinshasa.

Times.cd

Laisser un commentaire