Elèves, république démocratique du congo

Kinshasa: après la psychose de lundi, les parents hésitent à envoyer leurs enfants à l’école

Suite au mouvement de panique observé lundi 18 septembre dans des écoles de la ville de Kinshasa, certaines d’entre elles hésitent  encore pour reprendre les cours. Dans la commune de Masina, par exemple, des parents préfèrent garder leurs enfants à la maison pour leur sécurité.

Des écoles sont désormais sans élèves, dans cette partie de la ville, les enseignants ne viennent que constater des bancs vides dans des salles de classe, avant de signer le registre de présence et s’évaporer dans la nature, sous l’œil impuissant du directeur ou du préfet.

Des écoles telles que le Complexe scolaire St Barthélémy, Bondeko, Mama Wa Boboto, Goy Mobokoli et bien d’autres, situés aux quartiers 2, 3 et Mapela, connaissent, jusqu’à ce mercredi 20 septembre, cette triste réalité, sans oublier le Collège Don Bosco des Salésiens, à Petro Congo, où les responsables ont demandé aux parents de garder momentanément leurs enfants à la maison, en attendant des garanties sécuritaires.

Pourtant, le commissaire provincial de la police/Kinshasa, le général Sylvano Kasongo, avait publié un communiqué, le même lundi 18 septembre, rassurant les parents qu’ils peuvent envoyer leurs enfants à l’école, car toutes les dispositions sont prises pour leur sécurité. D’ailleurs, mardi 19 septembre, le général a effectué une ronde dans certaines écoles de la commune de Kalamu pour un réconfort moral.

A propos, dans la commune de Kalamu, des établissements d’enseignement aussi bien publics et privés fonctionnent, même si les effectifs des élèves laissent encore à désirer. Au Complexe scolaire Mgr Moke, quartier Matonge, les cours se dispensent normalement. Les enseignants sont présents, alors que les salles de classe peinent à se remplir. Même situation à Ste Marie Goretty, quartier Kauka, ou encore Ngemba.

Dans la commune de la Gombe, des embouteillages sont constatés le matin devant les écoles Lycée Bosangani, Collège Boboto, Athénée de la Gombe, Collège St Joseph Elikia…preuve que les élèves assistent aux cours.

A Kasavubu également, plusieurs écoles ont repris avec le fonctionnement normal des activités, après la psychose du lundi 18.

Contactés par MCNT, certains parents habitant la Tshangu disent attendre jusqu’à la semaine prochaine pour accompagner leurs enfants à l’école, question de réunir toutes les garanties sécuritaires.

Stone M

Laisser un commentaire