masumu

Masumu Debrindet: « la RDC n’a pas besoin d’un théâtre de divertissement, mais de développement »

1967-2017: l’artiste comédien congolais Masumu Debrindet se dit fier de célébrer, cette année, son 50ème anniversaire de pratique théâtrale. À cette occasion, cette figure emblématique du théâtre congolais invite le public à une grande exposition populaire photographique qui retrace son parcours artistique.

L’activité sera organisée le 15 septembre 2017 à la Place des Artistes en pleine Victoire, au quartier Matonge, à Kinshasa. Par contre, Masumu Debrindet dénonce l’attitude peu professionnelle de certains comédiens qui, par les œuvres, abandonnent la société. Alors qu’ils devraient présenter une pièce de qualité pour contribuer au développement du pays. « La RDC n’a pas besoin d’un théâtre de divertissement, mais de développement et surtout éducatif », a martelé Masumu, patron de la troupe Théâtre Plus.

Pour lui, l’heure n’est pas à la distraction. Les comédiens congolais doivent bien faire la lecture. Ils doivent non seulement améliorer leur contenu, mais aussi l’adapter à la réalité sociale et politique du pays. D’où, il faut tenir compte du temps pour présenter les oeuvres au public.

Par rapport au festival TOSEKA (Humour), le président de l’Association Nationale de Théâtre Populaire et Cinéma « ANTPC » estime inopportun la tenue de l’édition 2017 vu la situation politique du pays.

« Il est bien bon de détendre, se destresser ou de rire. Toutefois, il faut savoir à quel moment faudrait-il faire rire? », s’est-il demandé.

Le pays traverse une crise socio-économique et politique très cruciale qui ne permet pas au peuple de plonger dans la distraction. Par contre, les artistes comédiens doivent focaliser leur message sur des thématiques orientées vers l’éducation, le développement et l’éveil de conscience. « Nous devons produire des œuvres engagées qui poussent au changement de mentalité, et surtout pour éduquer la masse. Et pourquoi ne pas ausi interpeller les dirigeants », a déclaré Masumu Debrindet.

Jordache Diala

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*